“Le Prince aux pieds nus” offre Paon’Go aux artistes

674 0

 L’artiste Alif Naaba a procédé à l’inauguration de son nouvel espace de création musicale dénommé Paon’Go (Résidences d’artistes) situé au quartier Wayalguin à Ouagadougou. Cette cérémonie, qui a eu lieu le mardi 8 décembre 2015, a aussi marqué le lancement des activités du centre. Des autorités, artistes, amis et parents ont effectué le déplacement pour soutenir l’artiste.

Paon’go (Résidences d’artistes)  signifie en langue mooré la richesse ou le gain. Comme l’indique le nom, il se veut un lieu de résidence de création pour les artistes musiciens.

En effet l’espace offre la possibilité de résider pour des créations sur place et des formations. Pour ce faire, il s’est doté de toutes les commodités et conditions pour offrir un cadre propice à la création aux artistes. Ce sont, entre autres, des dortoirs, un studio équipé, un podium pour la restitution des œuvres créées, une cuisine et une terrasse.

Selon le directeur de l’espace Alif Naaba, l’idée est partie du constat de l’absence de telle structure. Il dit s’être aussi inspiré d’une expérience vécue ailleurs. Cet espace  est enfin un rêve porté et nourri depuis longtemps.

Alif Naaba
Alif Naaba

«Souvent, on se retrouve dans des espaces pas très appropriés pour discuter affaires, de nos carrières ou tout autre chose.

C’est pourquoi j’ai créé cet espace pour permettre aux artistes de se rencontrer. J’ai voulu un lieu où l’on pourra travailler en toute quiétude. Dans cet espace, il sera question de mettre beaucoup plus l’accent sur la création artistique.

Quand j’étais à la cité internationale à Paris, où je logeais, j’avais mon studio de création et je faisais ma cuisine moi-même. C’est un tel espace que j’ai voulu qu’il y ait aussi dans mon pays », explique –t-il.

Convaincu que dans un monde qui vit au rythme d’une concurrence accrue, seul le professionnalisme et le travail sont de rigueur, il va ajouter que « Paon’go va donner les moyens aux artistes de se réaliser et de se positionner à l’échelle nationale et internationale ».

Pour ce faire,  l’espace offre des formations, des conférences, des rencontres et partages d’expériences.

«Les artistes sont appréciés, ils ont des carrières mais pas des carrières  nourries de formations, de visions, d’expériences, d’échanges. Un artiste grandit parce qu’il a un background, des rencontres, des formations. Pour nous, Paon’Go devrait être ce lieu où les artistes du monde peuvent venir rencontrer les artistes burkinabè, où les hommes de la culture peuvent se rencontrer pour discuter et nourrir la filière musique », soutient-il.

Il annonce pour cela  10 sommités de la musique africaines pour la première année, dont Lokua Kanza, Ismaël Lo, Didier Awadi pour des partages d’expériences.

Paon’Go se donne pour ambition de former «une nouvelle race de managers et administrateurs » porteurs de projets des artistes souvent talentueux,  mais souvent en manque d’encadrement.

Le parrain Jean-Claude Dioma, le ministre de la culture et du tourisme, a galvanisé son filleul Alif Naaba, celui-là même qu’on appelle affectueusement « le Prince aux pieds nus » ou le prince de Konkistenga » dans son initiative avant de dire tout son soutien aux côtés d’autres partenaires que sont l’OIF, Air Burkina et l’Institut français.

Alif Naaba offre Paon’Go aux musiciens à l’image du centre Edit à la danse, le CITO au théâtre et appelle ses pairs à prendre d’assaut les lieux pour leurs créations et répétitions.

La cérémonie a été aussi une occasion de présenter au public une première artiste en résidence de création donnant ainsi un avant-goût de ce qui sera l’espace Paon’Go.

 Revelyn SOME

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *