Allaitement maternel : 850 000 000 F CFA pour renforcer des capacités des agents de santé

564 0

Tout est parti du constat « que plus de 50% des décès d’enfants âgés de moins de 5 ans sont attribuables à des pratiques inadéquates d’allaitement maternel ». L’Association pour la promotion de l’allaitement infantile au Burkina Faso (APAIB) et l’International Baby Food Action Network (IBFAN) à travers l’appui technique du projet de Alive & Thrive ont décidé d’agir face à l’urgence. Ils ont lancé le projet « Renforcement de l’appui et des conseils pour l’allaitement maternel dans les centres de santé au Burkina Faso » ce jour 15 décembre 2015 à Ouagadougou.

« Nous savons aussi que plus de 50% des décès d’enfants âgés de moins de 5 ans sont attribuables à des pratiques inadéquates d’allaitement maternel auxquelles s’ajoute une alimentation de compléments inappropriés », déclare Edouard Zerbo, coordonnateur pays de l’IBFAN.

L’APAIB et l’IBFAN cherchent ainsi à « améliorer les pratiques d’alimentation et d’évolution du jeune enfant « ange » » par le renforcement des capacités des prestataires de santé.   1689 Centres de santé et de promotion sociale (CSPS) seront concernés par ledit projet.

« Malgré tous les efforts consentis par les différents acteurs et la volonté manifeste pour la promotion, la protection, le soutien et l’encouragement de l’allaitement et l’alimentation optimale de complément, reconnaît Siaka Banon, conseiller technique du ministre venu le représenter, les résultats escomptés restent en deçà des attentes ».

Toute chose qui le pousse à évoquer le rôle « essentiel » que doivent jouer les agents de santé dans la transmission des messages concernant la vertu de l’allaitement maternel. L’écoute, les conseils et l’enseignement des pratiques sont selon lui d’un apport « important » dans la lutte contre la malnutrition infantile.

Un aperçu des participants lors de la cérémonie de lancement.
Un aperçu des participants lors de la cérémonie de lancement.

« L’allaitement maternel exclusif assure dès la naissance la nutrition optimale de l’enfant, garant d’un développement humain harmonieux et le protège contre les infections », affirme Edouard Zerbo. C’est l’une des raisons pour lesquelles Family Health International, à travers son projet Alive & Thrive a procédé au financement  du projet à hauteur de 1.500.000 dollars (environ 850 000 000 de francs CFA ) sur 20 mois.

Il est donc prévu la formation des agents de santé pour y parvenir. Le renforcement des capacités de ceux-ci se fera à travers la supervision et la dotation en matériel de promotion d’allaitement du nourrisson et du jeune enfant (ANJE) et l’amélioration des actions d’information, d’éducation et de communication. Tous espèrent que cela pourra remédier au problème  à travers le changement de comportement.

Oui Koueta

Burkina24

Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *