Assassinat de Norbert Zongo : 17 longues années d’attente de la vérité

597 0

Dans le cadre de la commémoration du 17e anniversaire du drame de Sapouy, le collectif provincial des organisations démocratiques de masse et de partis politiques (COMPP) et la coalition provinciale de lutte contre la vie chère, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC) du Boulkiémdé ont organisé une marche meeting ce dimanche 13 décembre 2015 à Koudougou.

13 décembre 1998- 13 décembre 2015, cela fait 17 ans que notre confrère Norbert ZONGO et ses compagnons ont été assassinés et brûlés sur la route de Sapouy. 17 ans après le collectif provincial du Boulkiémdé reste toujours mobilisé.

Parti du théâtre populaire de Koudougou, le cortège s’est dirigé vers le rond point du commissariat central de la police nationale, pour ensuite prendre la direction du carrefour de la belle vue du stop en passant par l’avenue Dreux.

Au carrefour de la belle vue, les manifestants ont pris la direction du Haut-commissariat du Boulkiémdé en empruntant la route nationale 14. Au Haut-commissariat, les responsables de la marche ont remis une déclaration à ABDOULAYE ZEBA Haut-commissaire de la province du Boulkiémdé, qui a promis de transmettre le document à la hiérarchie, puis les manifestants se sont dirigés vers le théâtre populaire de Koudougou pour un meeting.

Pour le collectif provincial et la CCVC, «durant 17 ans notre peuple a mené une lutte acharnée contre l’impunité des crimes de sang et des crimes économiques et a prouvé aux yeux du monde entier son refus de l’arbitraire ainsi que son rejet de la violence et de la barbarie comme mode de gestion du pouvoir d’Etat dans notre pays».

Cette lutte conduite par le COMPP et la CCVC a contribué à l’élargissement de la liberté et à l’éveil des consciences des populations, conduisant à d’importantes luttes et de victoires dont l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 et la résistance héroïque contre le coup d’Etat de type du 16 septembre 2015.

La commémoration de ce 17e anniversaire se fait dans un contexte national marqué par une évolution par palier de la crise avec notamment : les émeutes de la faim en 2008, la crise de 2011 consécutive à la mort de l’élève Justin ZONGO, l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, la résistance active contre le putsch de septembre 2015.

Le collectif et la CCVC invitent les militants à ne pas baisser la garde. Malgré la condamnation de l’Etat burkinabè par la cour africaine des droits de l’homme et des peuples à ARUSHA en Tanzanie en 2014 rien de concret n’a été fait allant dans le sens du jugement du dossier Norbert  ZONGO. Pourtant le Premier ministre ZIDA avait promis le 13 décembre 2014 que justice sera rendue à Norbert ZONGO.

Le CODMPP et la CCVC du Boulkiémdé demandent vérité et justice pour tous les dossiers de crimes de sang et de crimes économiques.

Michel YAMEOGO

Correspondant de Burkina24 à Koudougou



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *