La Ligue des Jeunes du Burkina dénonce des “manoeuvres discriminatoires”

488 5

Ceci est un communiqué de la Ligue des jeunes du Burkina sur la situation nationale. 

Dans le cadre de la célébration de la fête nationale du 11 décembre 2015, le Gouvernement de la Transition du Burkina Faso a décoré huit cent six (806) personnes dont certaines appartenant aux mouvements spécifiques de la Société Civile ayant participé à l’Insurrection Populaire des 30 et 31 octobre 2014 ainsi qu’à la Résistance contre le putsch du 16 septembre 2015.

A notre connaissance, aucune organisation de la société civile de Bobo-Dioulasso encore moins un membre n’a été décoré à ce jour. Bien qu’ignorant les critères de sélection à cette reconnaissance nationale, la Ligue des Jeunes s’insurge contre cette forme de discrimination de la part du Gouvernement de la Transition qui n’est pas à son premier acte.

En rappel, la Ligue des Jeunes est l’un des premiers mouvements spécifiques de la Société Civile du Burkina Faso à avoir, depuis sa création en 2010, combattu les dérives du régime Compaoré au péril de la vie de ses membres. Notons au passage que la Ligue des Jeunes a participé à la manifestation du 29 avril 2014 devant la Direction régionale de la Société Nationale d’Électricité du Burkina (SONABEL) contre les délestages intempestifs dans la ville de BoboDioulasso.

Elle a activement pris part au mouvement spontané de protestation du 04 juillet 2013 qui a abouti à l’électrification et à la fermeture des caniveaux de l’Avenue de l’Union Européenne sur la RN N°1 à Bobo-Dioulasso ainsi qu’à la pose des ralentisseurs sur ladite Avenue ;

Elle s’est affiliée au Collectif Contre la Vie Chère (CCVC) et participé à toutes les manifestations du Collectif. C’est également sous son initiative que le 1er Collectif Anti-Référendum (CAR) du Burkina Faso a été créé à BoboDioulasso en mars 2014.

Aussi, certaines activités de grandes envergures de la Société Civile de Bobo-Dioulasso dans la province du Houet ont été organisées avec le récépissé de la Ligue des Jeunes.

Bien qu’ayant participé aux travaux d’amendement de la Charte de la Transition en novembre 2014, la Ligue des Jeunes s’est vue « disqualifiée » en ce qu’elle ne figurait pas sur la liste des Organisations signataires de l’avant-projet de la Charte de la Transition soit disant élaborée par la Société Civile avant l’ouverture des discussions sur ladite Charte [cf. Décision n°2015-003/CC/Transition portant sur la demande d’annulation partielle du procès-verbal de désignation de représentants des membres des Organisations de la société civile (OSC) au sein du Conseil National de la Transition (CNT)] . Autrement dit, la Ligue des Jeunes a été écartée de la liste des mouvements spécifiques devant siéger au CNT au titre des OSC au motif que la Ligue des Jeunes n’était pas présente à Ouagadougou le 1er novembre 2014 comme s’il avait été décidé une date limite de participation aux débats sur la mise en place du CNT.

Malgré le procès-verbal dressé par Me Guy Hervé Rommel KAM porte-parole du Balai Citoyen et président de séance de l’assemblée élective des mouvements spécifiques devant siéger au CNT et en dépit de la requête introduite devant le Conseil Constitutionnel et des lettres de protestation adressées à Son Excellence Monsieur le 1er ministre Yacouba Isaac ZIDA, à l’Honorable député Shérif SY, Président du CNT, ainsi qu’à Monsieur Luc Marius IBRIGA la Ligue des Jeunes n’a pas pu intégrer le CNT.

Face à cette discrimination flagrante répétée et honteuse, nous, patriotes, membres de la Ligue des Jeunes du Burkina ayant participé à toutes les luttes pour l’instauration d’une véritable démocratie dans notre pays au prix de nos vies,

 Dénonçons ces manœuvres discriminatoires ;

 Protestons vigoureusement contre cette machination ; 

 Prenons l’opinion publique à témoin quant à tout désagrément qui pourrait survenir ;

 Exigeons que toute la lumière soit faite sur ces agissements qui ne sont que l’œuvre de certains opportunistes et réactionnaires reconvertis qui ne font pas honneur aux autorités de la Transition ni au pays.

  • A bas l’injustice ;
  • A bas la discrimination ;
  • A bas le régionalisme ;
  • A bas le favoritisme ;
  • A bas l’ingratitude.

Vive le Burkina Faso libre et intègre !

Pour le bureau de la Ligue des Jeunes du Burkina,

Le président Eloi SAWADOGO



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *