Pr Lam : C’est « aberrant qu’on perçoive l’Egypte comme une entité extra africaine»

554 0

Il trouve « aberrant » qu’on que l’on « perçoive l’Egypte comme une entité extra africaine du point de vue géographique ».   Venu à la suite d’une invitation du Pr Mahamadi Sawadogo, directeur de l’école doctorale Lettres, sciences humaines et communication de l’Université de Ouagadougou.  Le Pr Aboubacry Moussa LAM, disciple et assistant de Cheikh Anta Diop a livré une conférence sur l’égyptologie et l’histoire africaines au grand bonheur de son auditoire. La conférence s’est déroulée au temple du savoir qu’est l’université ce mardi 15 décembre 2015.

Etudiants et passionnés d’histoire, ils n’ont ménagé aucun effort pour venir assister à la conférence livrée par l’élève, disciple et assistant de l’historien Cheick Anta Diop. Pour le Pr Mahamadi Sawadogo, professeur de philosophie,  son collègue et historien le Pr Aboubacry Moussa Lam est un « grand savant ».

Il s’appuie sur le savoir qu’ « il a hérité de Cheikh Anta Diop. Il a développé d’autres expériences que d’autres intellectuels africains gagneraient à connaitre notamment l’acte d’écriture dans nos langues nationales, confie le philosophe.

Pr Sawadogo, philosophe et directeur de l'école doctorale Lettres, sciences humaines et communication de l'université de Ouagadougou.
Pr Sawadogo, philosophe et directeur de l’école doctorale Lettres, sciences humaines et communication de l’université de Ouagadougou.

« C’est très important que toutes ces expériences-là soient partagées et que les autres intellectuels connaissent les possibilités qui nous sont offertes de travailler avec nos langues nationales », soutient le Pr Mahamadi Sawadogo, directeur de l’école doctorale Lettres, sciences humaines et communication de l’Université de Ouagadougou.

Le Pr Lam, avant son exposé, a dit espérer que « l’auditoire en ressortant de la salle, repartira avec un plus, avec quelques connaissances, des choses qu’il  ne connaissait pas et qu’il aura connues après m’avoir écouté ».

L'auditoire (étudiants, enseignant et passionné d'histoire) suivant avec attention la projection faite par le Pr Lam sur ces travaux.
L’auditoire (étudiants, enseignant et passionné d’histoire) suivant avec attention la projection faite par le Pr Lam sur ces travaux.

Élève et disciple de Cheikh Anta Diop dont il fut l’assistant dans l’université qui porte aujourd’hui son nom, le Pr Lam n’a pas caché son engouement d’évoquer la mémoire de celui qu’il a assisté de 1981 et février 1986. Même ses travaux y trouvent leur inspiration.

« Dans mes travaux, j’utilise beaucoup ses travaux, a confié le disciple. Et j’en parlerai dans ma conférence. Cheikh Anta ayant des adversaires extrêmement exigeants, s’était forgé une méthodologie que tout chercheur africain aimerait connaitre. J’en parlerai ».

«L’Egypte est africaine. Cheikh Anta l’a dit depuis son premier livre Nations nègres et Culture (1954 NDLR) et malheureusement beaucoup d’Africains ne le savent pas. Il y a un autre discours occidental celui-ci, qui fait tout pour qu’on perçoive l’Egypte comme une entité extra africaine du point de vue géographique. Ce qui paraît aberrant, pour l’historien qui s’étonne qu’il y en a qui le soutiennent, qui mettent l’Egypte dans les civilisations orientales ».

Rectifier les choses

Le Pr Lam ne cache pas sa volonté de rectifier ce qu’il qualifie d’aberrant. Il s’y adonne dès que possibilité il y en a.  « Chaque fois que j’ai l’occasion de revenir sur ces questions-là, je ne prive pas de rappeler que l’Egypte est en Afrique, son territoire couvre sur 1000 km à l’intérieur du continent et la quintessence de sa civilisation vient  des entrailles de l’Afrique, rappelle l’historien. Ce sont des choses que les Africains doivent savoir »

Oui Koueta

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *