Capitaine Sara: « La lutte contre la pauvreté ne développera pas le Burkina»

1117 0

« Sécurité et développement sont un couple indissociable ». Et le Capitaine Sara Alain, stratège militaire, le sait. Le jeune auteur a consacré de son temps et de son énergie au profit de l’économie burkinabè. Son ardeur a abouti à la parution de « Stratégie de sécurité économique pour le Burkina Faso ». La dédicace du livre de 176 pages a eu lieu ce jeudi 17 décembre 2015 à la librairie Mercury sis à la Zone d’activité diverses (ZAD).

La concurrence économique est réelle et effrénée. Et  le jeune auteur burkinabè en est d’autant plus convaincu. La vision de Père Verluise l’en convainc davantage. « Dans un monde plus que jamais concurrentiel, les territoires et les populations qui n’ont pas d’ambition de puissance doivent s’attendre à  être les jouets des pays qui ont un désir, une stratégie et les moyens de la mettre en œuvre ».

Pour Alain Sara, il y a donc nécessité de s’élever au-dessus de la mêlée et de s’affirmer afin de ne pas se laisser marcher dessus. Le jeune écrivain assure que « la lutte contre la pauvreté ne développera pas le Burkina Faso ».

« Habitué » des questions sécuritaires – il a quitté la sécurité présidentielle en juin 2014 – et se consacre désormais à la sécurité économique. Il  propose ainsi une issue au  risque économique grandissant auquel le pays est confronté. Alain Sara est convaincu que « si notre pays veut se faire une place au soleil, il faudra qu’il participe à la très contestée, mains néanmoins nécessaire course à la puissance ».

« Stratégie de sécurité économique pour le Burkina Faso » a valu au Capitaine Sara Alain les félicitations du Chef d’état-major général des armées (CEMGA). Le Général de Brigade Pingrénooma Zagré  a félicité l’auteur pour « l’audace » qu’il a eu de produire cet ouvrage.

« La sécurité et le développement constituent un couple indissociable, a dit le CEMGA. Et s’engager dans une telle œuvre qui définit la stratégie de sécurité économique pour le Burkina Faso est une ambition qu’il (Cap. Sara NDLR) met au profit des entrepreneurs afin de développer une stratégie qui les permet de sécuriser leur activités et d’accroître leur rendement ».

Rappelant le slogan selon lequel plus rien ne sera comme avant, Thierry Millogo, directeur de Mercury estime qu’ « il faudra qu’on mise sur les gens qui ont un savoir à tous les niveaux ». Pour cela, il pense que « chacun doit prendre la place qui lui revient ». Il s’est dit disposé à accueillir tous ceux qui veulent se faire éditer.

Oui Koueta

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *