Dernier Conseil des ministres de la transition : « La mission a été accomplie », Isaac Zida

705 0

Le dernier conseil des ministres s’est tenu comme prévu ce mercredi 23 décembre 2015 à Kossyam  de 8h à 13h. Tous disent avoir le sentiment d’avoir servi la nation. C’est l’impression qu’ont tous les ministres qui se sont prêtés aux questions des journalistes à la sortie. Le putsch s’est invité dans les souvenirs.  N’occultant pas les insuffisances, ils se disent prêts à accompagner les nouvelles autorités.

Le chef du gouvernement, Yacouba Isaac Zida se souvient de l’arrivée de son équipe comme si c’était hier. Il s’est dit « fier » d’avoir servi la nation à la tête du gouvernement de la transition.

« Nous sommes satisfaits de ce que nous avons pu accomplir dans l’intérêt du peuple burkinabè. La marche a été difficile, le chemin a été périlleux. Nous rendons grâce à Dieu. La mission a été accomplie, a dit le Premier ministre. Nous avons pu aller à l’essentiel de notre mission qui était d’organiser des élections pour créer les conditions d’un retour à un Etat constitutionnel normal ».

Ambassadeur ? S’agissant de son prochain point de chute, notamment comme ambassadeur aux Etats-Unis d’Amérique, Isaac Zida répond que rien n’est exclu.  «Ce n’est pas impossible ! Je suis un serviteur de mon pays. Je suis un soldat. Là où on m’envoie, je m’en vais donner le meilleur de moi-même», confie-t-il à l’AIB, précisant néanmoins qu’il “attend de voir“.

Le Premier ministre Yacouba Isaac Zida à sa sortie du palais du dernier conseil de ministre de son gouvernement.
Le Premier ministre Yacouba Isaac Zida à sa sortie du palais du dernier conseil de ministre de son gouvernement.

Moussa Nébié, ministre des affaires étrangères, estime qu’on peut retenir le fait que le pays a de « bonnes » relations avec ses partenaires bilatéraux et multilatéraux.

Selon lui, « une bonne image de la transition » a été retenue par les partenaires au développement et cela a permis d’engranger des soutiens politiques, financiers et techniques.

« Je lègue des relations sereines. Au plan bilatéral et multilatéral pour le Burkina, le prochain ministre des affaires étrangères n’a pas de souci à se faire.

Il est attendu par les partenaires avec beaucoup d’enthousiasme, de bonheur. Ils veulent seulement connaitre le nom.  Ils seront prêts à travailler avec lui », foi de Hébié, sourire aux lèvres.

Jean Gustave Sanon, ministre de l’économie et des finances, pour sa part, déplore l’environnement dans lequel le gouvernement  a évolué depuis son installation. Il  est aussi revenu sur l’impact du coup d’Etat sur l’économie. “Nous avons travaillé dans des conditions très difficiles. Le coup d’Etat est venu aggraver considérablement la situation. Pendant deux semaines, aucune administration financière n’a eu à recouvrer aucun franc“, a rappelé le ministre. Malgré cela, il a déclaré que le FMI a indiqué qu’en Afrique de l’ouest, le pays a eu le système de gestion des finances “le plus robuste“.

Culture. Jean Claude Dioma, ministre de la culture, est « fier » d’avoir rendu service et surtout d’avoir été « utile » à la nation. Tout comme certains de ses collègues le coup d’état a « particulièrement » retenu son attention.

« C’était éprouvant », pour lui et notamment pour le « père de la nation » qu’est le Président Kafando. L’homme de culture traite de « pathétique » le traitement dont a été victime le Président du Faso, le Premier ministre et bien d’autres ministres.

Jean Claude Dioma, ministre de la culture.
Jean Claude Dioma, ministre de la culture.

« Qu’on bouscule quelqu’un qui a sacrifié sa retraite et qui est venu pour rendre véritablement service à cette nation, qu’il ait été bousculé de cette façon,  cela m’a véritablement marqué et je ne vais jamais oublier cela », s’indigne le ministre de la culture burkinabè.

Habitat et urbanisme.

Réné Bagoro, ministre l’habitat et de l’urbanisme, se réjouit de l’adoption de loi portant bail locatif. Il part ainsi avec le sentiment d’avoir  servi sa nation. « On a été appelé à un moment où ce n’était pas facile. Nous avons traversé beaucoup de difficultés. Il y a eu certes des insuffisances, mais nous pensons  en toute modestie avoir accompli notre mission avec les moyens du bord ».

René Bagoro, ministre de l'habitat et de l'urbanisme.
René Bagoro, ministre de l’habitat et de l’urbanisme.

Joséphine Ouédraogo, ministre de la justice,  se réjouit de l’ouverture du « monde judiciaire » à l’ensemble de la société lors des états généraux. « Pendant la transition, il y a un nouveau souffle qui a été donné à la justice burkinabè et également dans le domaine des droits humains », a souligné Joséphine Ouédraogo.

????????????
Joséphine Ouédraogo, ministre de la justice garde des sceaux.

Les critiques et l’expression de la frustration ont permis selon elle la mise en place des sillons à travers l’adoption du pacte national du renouveau de la justice. « On a déverrouillé plusieurs dossiers qui ont fait l’objet de plusieurs manifestations notamment les dossiers Norbert Zongo, Thomas Sankara ».

Oui Koueta

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *