« Le dossier de l’extradition de Blaise Compaoré est en train d’être monté », Sita Sangaré

756 2

Evolution du dossier Thomas Sankara et du putsch des 16 et 17 septembre 2015 étaient les points majeurs de la conférence de presse organisée par la justice militaire burkinabè. Elle a été animée ce mercredi 23 décembre 2015 par Sita Sangaré, directeur de la justice militaire  et le lieutenant-colonel Norbert Koudougou, commissaire du gouvernement.

« A ce jour, nous affirmons que les grands dossiers du moment à savoir, le dossier Thomas Sankara et celui du coup d’Etat du 16 septembre avancent à notre satisfaction », a commenté de prime abord, le lieutenant-colonel Norbert Koudougou, commissaire du gouvernement avant de faire le point des inculpations dans les deux affaires.

Blaise et Kafando. Ainsi, du dossier Thomas Sankara, il renseigne que 12 personnes ont déjà été inculpées dont 6 en détention, 2 sous mandat d’arrêt international et 4 personnes non détenues dont une est décédée. Pour les deux mandats d’arrêt, en sus de l’ex président du Faso Blaise Compaoré visé depuis le 4 décembre 2015, Hyacinthe Kafando est la deuxième personne ciblée et ce, depuis le 27 août 2015.

Blaise Compaoré est inculpé pour attentat contre la sureté de l’Etat, complicité d’assassinat et recel de cadavres. Hyacinthe Kafando lui est poursuivi pour attentat contre la sureté de l’Etat, assassinat et recel de cadavres.

Lors de ce point, Sita Sangaré directeur de la justice militaire a informé qu’un journaliste en la personne de Gabriel Tamini est inculpé dans l’affaire Thomas Sankara. Il est par ailleurs le seul civil inculpé dans ce dossier.

Pour le dossier du coup d’Etat perpétré par le général Gilbert Diendéré et quelques éléments de l’ex Régiment de sécurité présidentielle (RSP), le lieutenant-colonel Norbert Koudougou annonce 52 inculpés. De ceux-là, 43 personnes sont détenues, 5 sous mandat d’arrêt (Roger Koussoubé, Diendéré Fatoumata, Traoré Abdoul Karim André, Nébié Moussa dit Ramba et Guelwanré Minata) et 4 personnes non détenues.

Journalistes incarcérés. « Ils n’ont pas été inculpés pour des raisons liées à l’exercice de leurs fonctions. Ce qui leur est reproché, ce sont des faits indépendants », a rappelé le commissaire du gouvernement sur les détentions des journalistes Caroline Yoda et Adama Ouédraogo dit Damiss.

Les chefs d’inculpation de ces deux personnes se résument ainsi : pour Adama Ouédraogo dit Damiss, il y a l’attentat à la sureté de l’Etat, l’association de malfaiteurs, la complicité de meurtre, la complicité de coups et blessures volontaires, la complicité de dégradation volontaire de biens.

Pour Caroline Yoda, il y a l’association de malfaiteurs, la complicité d’attentat à la sureté de l’Etat, la complicité de meurtre, la complicité de coups et blessures volontaires, la complicité de dégradation volontaire de biens.

Extradition de Blaise Compaoré. Sita Sangara a rassuré que « le dossier de l’extradition est en train d’être monté et il sera transmis incessamment ». Et au commissaire du gouvernement, Norbert Koudougou de rassurer qu’il y a une convention en matière judiciaire entre la Côte d’ivoire et le Burkina.

La question des écoutes téléphoniques a également été abordée. La justice militaire a informé que les écoutes ont été reversées dans le dossier sans en préciser le contenu et les interlocuteurs. Le directeur de la justice militaire a aussi signifié que tous ceux qui sont concernés seront appelés pour être entendus.

Yannick SAWADOGO

Burkina 24



Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *