Fête de Maouloud 2015 : Grande prière à Ramatoulaye autour de la paix et de l’éducation de la jeunesse

1106 0

Appelée “Gâani” en langue Mooré, Maouloud ou Mouloud ou encore Mawlid, la commémoration de la naissance du prophète Mahomet (Paix et salut sur lui) est intervenue dans plusieurs contrées du Burkina, dans la nuit du mercredi 23 au jeudi 24 décembre 2015. Dans la Région du Nord, cette fête musulmane a été marquée à Ramatoulaye, localité située à une vingtaine de kilomètres près de Ouahigouya, par des prêches, lectures de Coran, récits sur la vie du prophète et bénédictions.

En cette soirée glaciale du 23 décembre 2015, la cité de Naaba Kango était religieusement mouvementée depuis vers 19h, constate-on. Au programme : la fête commémorative de la naissance du dernier prophète de l’Islam, Mahomet (PSL).

Comme à l’accoutumée, Ramatoulaye, fief de la confrérie Tidjania au Burkina et considéré comme l’un des célèbres centres de pèlerinage musulman au “Pays des Hommes intègres”, a encore servi de lieu de rassemblement et de prières.

La grande mosquée de Ramatoulaye a été construite en 1960.
La grande mosquée de Ramatoulaye a été construite en 1960.

Plusieurs autorités militaires, coutumières, politiques et administratives étaient présentes à Ramatoulaye dont le Gouverneur de la Région du Nord, Hassane Sawadogo et le Président du Conseil national de la Transition (CNT), Moumina Shérif Sy.

Pour la 94e fois consécutive, Ramatoulaye était comme surpris par cette ribambelle de fidèles venus des quatre coins du Burkina, de la Sous-Région (Côte d’Ivoire, Mali, Niger) et du reste du monde (Arabie Saoudite, France, Algérie).

Même si certains estiment que cette année, les fidèles ont été moins nombreux que les années passées, environ 9.000 personnes étaient présentes pour se recueillir sur la demeure éternelle du fondateur de la cité de Ramatoulaye, Cheick Aboubacar Maïga I, père de l’actuel guide spirituel du Soufisme au Burkina, Cheick Aboubacar Maïga II, afin de recevoir en retour des bénédictions.

Le guide spirituel, Cheick Aboubacar Maïga II.
Le guide spirituel, Cheick Aboubacar Maïga II.

Education de la jeunesse au centre des prières…

C’est à la grande mosquée de Ramatoulaye (construite en 1960) que les fidèles se sont donné rendez-vous comme d’habitude. Mosquée qui a été récemment au cœur de nombreuses tractations notamment entre la société minière True Gold possédant un permis d’exploitation et les populations de ladite localité. Le thème retenu cette année pour le Mouloud est : « Education de la jeunesse sur les pas de la tradition du messager d’Allah (Paix et salut sur lui) ».

Les organisateurs du Mouloud justifient ce choix par le fait que la jeunesse représente la « population du futur » et que l’avenir de la religion incombe à la jeunesse.

« L’intention, c’est de faire connaître et découvrir les paroles et le chemin indiqués par le prophète parce que la meilleure pratique de l’Islam dans l’avenir dépend de l’éducation que nous donnons à nos enfants aujourd’hui », a fait savoir Cheick Sidi Mohamed Maïga, le fils du guide spirituel, Cheick Aboubacar Maïga II.

Selon lui, « la religion musulmane a une mauvaise image actuellement ». Et qu’il faudra donc travailler à redorer le blason de cette religion qui est une religion de paix, de tolérance et de bonheur. En attendant le rituel officiel ce jour 23 décembre, des croyants se bousculaient déjà pour accomplir ce qui leur tenait à cœur.

Les fidèles musulmans sont sortis nombreux.
Les fidèles musulmans sont sortis nombreux.
La foire commerciale est l’autre aspect incontournable du Mouloud.
La foire commerciale est l’autre aspect incontournable du Mouloud.

A savoir, serrer la main du Cheick Aboubacar Maïga II tout en formulant leurs vœux les plus chers. Même les longues files d’attente, les cordons de sécurité des forces de l’ordre n’ont pas pu ébranler la ferveur religieuse de certains fidèles. La cérémonie a débuté effectivement vers 23h15 avec l’arrivée de Cheick Aboubacar Maïga II.

C’était aussi l’occasion pour certains fidèles de reparler du Soufisme comme vecteur de rapprochement des peuples et de la promotion de la paix sociale. Un sous-thème qui demeure actuel, selon un responsable en charge de l’organisation du Mouloud à Ramatoulaye, Cheick Souleymane Konfé.

Pour Moustapha Maïga, l’imam adjoint de la mosquée de Ramatoulaye, l’Islam est une religion qui prône la tolérance, l’humilité et la non-ingérence dans les affaires d’autrui ; des qualités qui visent essentiellement à élever moralement et spirituellement l’être humain.

Quant au fils Cheick Sidi Mohamed Maïga, il s’est également appesanti, dans son intervention sur les qualités de tolérance entre autres du prophète Mahomet (PSL) en ce jour anniversaire. La célébration de la naissance du prophète, à ses yeux, fait partie des meilleurs actes qui rapprochent le musulman d’Allah, le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux.

Le Gouverneur de la Région du Nord, Hassane Sawadogo.
Le Gouverneur de la Région du Nord, Hassane Sawadogo.

La fête de Mouloud et la confraternité en Islam…

Prenant la parole au nom de son père aussi présent sur place, il a surtout et encore présenté le prophète comme celui qui a transformé le désert d’Arabie en un berceau de la civilisation humaine.

Selon lui, le prophète a par exemple rétabli la femme dans ses droits et lui a restitué sa valeur humaine en mettant fin à l’enterrement des filles vivantes.

Cheick Sidi Mohamed Maïga a par ailleurs lancé un appel à la préservation et au maintien de la paix, appel lancé aux autorités et aux populations du Burkina. Dans son message, le président de la Communauté islamique de la Tidjania du Burkina, El Hadj Amadé Bagrin Ouédraogo, a tenu à féliciter les autorités burkinabè nouvellement élues avant de donner un aperçu des activités et les contributions des fidèles et sympathisants de la Tidjania.

La question de l’exploitation minière par la société True Gold à Namissiguima semble aboutir à un consensus et le sujet n’a pas été évoqué par les responsables de cette communauté islamique.

Par ailleurs, la foire commerciale, il faut le signaler, est l’autre aspect incontournable du Mouloud. C’est une exposition-vente de produits artistiques et céréaliers, ce qui est loin d’être ce que l’on peut appeler un « Dassandaaga » (Marché ordinaire). Au « temple de Ramatoulaye », l’on y trouve “exclusivement du Halal” (ce qui est autorisé en Islam), nous informe une jeune dame.

Si bien qu’en dehors des bénédictions, certains commerçants sont venus y vendre des produits vétérinaires, du matériel agricole et même des animaux.

Cheick Sidi Mohamed Maïga, le fils du guide spirituel, Cheick Aboubacar Maïga II.
Cheick Sidi Mohamed Maïga, le fils du guide spirituel, Cheick Aboubacar Maïga II.

Aussi, faut-il l’indiquer, l’on a à l’opposé du Soufisme, notamment le « Wahhabisme », un courant au pouvoir en particulier en Arabie Saoudite et également adhéré au Burkina, qui récuse cette fête du “Mawlid” (Mouloud).

Pour les « sunnites » (les fidèles musulmans adhérents à ce courant populaire), la plupart des mouvements réformistes veulent purifier cette fête de Mouloud dans ses excroissances et diverses formes de vénération qui proviennent du Soufisme et du Christianisme.

Ces derniers insistent sur le fait que ni ses compagnons, ni le prophète Mahomet lui-même (PSL), n’a fêté, ne serait-ce qu’une seule fois, le jour de son anniversaire.

Une source très proche de ce courant dit ne pas comprendre « vraiment pourquoi dépenser des sommes faramineuses pour une fête supplémentaire fabriquée alors que les actes élémentaires, les pré-requis d’un bon musulman ne soient au préalable accomplis ».

Toutefois, il faut reconnaître qu’au Burkina, les différentes communautés musulmanes vivent en confraternité, sans haine, ni conflit, sous le principe d’un verset coranique qui estime que « chacun est libre de pratiquer la religion qu’il veut ».

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Lait-do

Posté par - 23 juin 2020 0
Lait-do est un lait en poudre nature sucré produit au Burkina Faso par TWELLIUM INDUSUSTRIE BURKINA FASO. Lait-do est riche…

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *