Des organisations ivoiriennes de droits de l’homme demandent à Ouattara « d’exécuter » le mandat d’arrêt contre Compaoré

Des organisations ivoiriennes de défense des droits humains ont demandé le jeudi 24 decembre 2015 au président ivoirien, Alassane Ouattara, d’exécuter le mandat d’arrêt international émis contre l’ex-président burkinabè, Blaise Compaoré, en exil depuis sa chute en octobre 2014 en Côte d’Ivoire. Et ce pour son implication présumée dans la mort du capitaine Thomas Sankara. 

« Nous tenons à ce que ce mandat d’arrêt soit exécuté par les autorités ivoiriennes« , s’est exprimé le président de la Ligue ivoirienne des droits de l’homme (Lidho), Pierre Adjoumani Kouamé joint par un confrère.

« Pour la manifestation de la vérité, le président ivoirien doit permettre à l’ex-chef de l’Etat burkinabè de répondre devant la justice de son pays…cela concourt à la lutte contre l’impunité« , a indiqué M. Adjoumani ajoutant que « la Côte d’Ivoire en tant que pays de droit ne doit pas faire entrave à la justice ».

Lundi, la justice burkinabè a émis un mandat d’arrêt international contre M. Compaoré pour son implication présumée dans la mort de l’ancien chef d’Etat Thomas Sankara et douze de ses compagnons tués le 15 octobre 1987 lors d’un coup d’Etat qui a porté l’ex-chef de l’Etat Blaise Compaoré au pouvoir.

Le 31 octobre 2014, M. Compaoré (64 ans) a été contraint à la démission sous la pression de la rue après avoir tenté de modifier la Constitution pour briguer un autre mandat après 27 ans de pouvoir.

Mercredi 23 décembre dernier, à l’issue d’une réunion du conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement ivoirien, Bruno Koné a affirmé que la Côte d’Ivoire n’était pas informé de l’émission de ce mandat d’arrêt international et n’a pas souhaité faire de commentaires.

Kouame L.-Ph. Arnaud KOUAKOU/Burkina24

Source: Alerte Info



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page