« L’esprit de l’insurrection populaire imprègnera à jamais notre histoire », Michel Kafando

417 0

« La Transition marquera à jamais la conscience nationale », a fait savoir le président de la Transition dans son discours d’au revoir à la Nation ce lundi 28 décembre 2015.

La Transition a fini ainsi sa mission, « mais beaucoup reste à faire pour le Burkina nouveau en marche »,  a averti le président de la Transition. Ainsi affirme Michel Kafando, la Transition a fait le lit de ceux qui la remplacent, sans pour autant se retirer entièrement : « je veux leur dire que le combat étant collégial et l’objectif commun, explique-t-il, nous sommes prêts à les accompagner pour qu’ils réussissent leur mission ».

Pour cela, Michel Kafando réitère au Président Roch Kaboré et à son équipe, toutes ses vives félicitations et ses sincères encouragements « pour la rude tâche qui les attend ». Pour lui, « un fait est certain, l’esprit de l’insurrection populaire imprègnera à jamais notre histoire ».

>>>>L’intégralité du discours de Michel Kafando : Cliquez ici 

Et d’ajouter que la « Transition qui en a été le porte-étendard marquera à jamais la conscience nationale, même jusqu’à l’anecdote » sur le chiffre 29, chiffre sur lequel « sans être adepte de la numérologie », estime Michel kafando, la Transition y a fait sa fortune.

« 29 septembre, triomphe de la résistance populaire et sur le RSP, 29 novembre, organisation des élections, 29 décembre, investiture du nouveau Président du Faso et fin de la Transition », a-t-il cité.

“Il est maintenant temps de dire au revoir. Au revoir à tous et merci encore pour la belle aventure vécue ensemble, même si elle fut périlleuse ; merci pour l’amitié, pour la solidarité, pour la fraternité qui nous a rassemblés”, a lancé le Chef de l’Etat à ses compatriotes.

Le « Plus rien ne sera comme avant », slogan de la Transition a encore été prononcé par Michel Kafando qui a rendu hommage à « l’ensemble du peuple du Burkina Faso car, dit-il, nous sommes convaincus que sans son adhésion, notre action n’aurait été qu’illusoire ».

Yannick SAWADOGO

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *