« Soko festival » pour la découverte des cultures

« Soko festival », nouvel évènement culturel annoncé pour se tenir les 7 et 8 janvier 2016 à l’institut burkinabè, a fait l’objet d’une conférence de presse le dimanche 27 décembre 2015 à l’espace Paon’Go à Ouagadougou. Sa particularité réside dans le fait qu’il est itinérant et est porté par plusieurs nationalités.

« Soko festival », en langue dioula, veut dire ce qui vient de chez nous, notre culture, les choses qui nous concernent tous. Deux groupes portent ce projet, le groupe  « Solo Diarra bande », composé de musiciens norvégiens et burkinabè et le groupe Ibrahim Keita et Nankama.

L’idée qui soutend le festival est la communion, l’échange des cultures. Pour Suzana, Norvégienne et membre du groupe Solo Diarra bande, Soko festival ambitionne lever le voile sur les préjugés et montrer ce que l’Afrique a aussi de positif.

« Quand on a voulu venir au Burkina pour organiser le festival, ça n’a pas été du tout facile au niveau de l’ambassade à cause du contexte qui régnait au Burkina. Mais nous sommes quand même venus. Nous voulons montrer que l’Afrique n’est pas toujours ce que les journaux nous montrent en Europe », explique –t-elle.

Il se tiendra sous le thème « Jeunesse, culture et paix ». Le festival offre une scène unique à des artistes professionnels et artistes en herbes de tout genre musical. 24 groupes sont attendus.

« L’idée est de faire participer des artistes locaux burkinabè pour des échanges d’expérience avec ceux venus d’ailleurs mais aussi d’en faire un espace de rencontre et de débouchées pour d’autres. On a besoin du soutien des uns et des autres», soutient Ibrahim Keita, promoteur burkinabè du festival.

Le parrain du festival, Alif Naaba, lui a salué la compréhension des artistes de jouer  la carte de l’art au lieu de la carte de business, vu qu’aucun partenaire ne soutient l’évènement.  « Il s’agit d’une dynamique de valorisation de notre musique », a-t-il souligné.

Le festival se veut itinérant. Après une première expérience en Norvège, puis sa tenue au Burkina du 7 au 8 janvier 2016, le festival se déploiera  bientôt au Kenya.

Revelyn SOME

Burkina24



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page