2016 et lutte contre la corruption : Aller « au-delà des discours aériens », vœu du REN-LAC 

167 0

Ceci est le message de nouvel an du Secrétaire exécutif du Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC).

Une année de transition s’achève, une nouvelle année commence avec les institutions démocratiques issues des élections couplées du 29 novembre 2015. C’est l’occasion pour moi d’adresser mes vœux de bonne et heureuse année 2016 à toutes et à tous.

Pour nous, l’année 2015 a connu des avancées sur le front de la lutte anticorruption. Il nous semble judicieux de souligner ici l’adoption par le Conseil national de Transition (CNT) de la loi portant prévention et répression de la corruption au Burkina Faso, la constitutionnalisation de l’ASCE et sa mutation en Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC) afin de lutter efficacement contre la corruption.

L’arrestation et la mise en accusation d’anciens responsables du régime COMPAORE soupçonnées de corruption font partie des signaux forts en matière de lutte contre l’impunité des faits de corruption. Pour que cette action soit efficace la procédure judiciaire doit aller à son terme et être inclusive. En effet tous ceux sur qui pèsent  des soupçons de corruption doivent être entendus.

Le nouveau Président élu, Roch Marc Christian KABORE dans son discours d’investiture a pris l’engagement d’œuvrer pour l’ancrage de la démocratie et de la bonne gouvernance. C’est à travers ses actes que nous le jugerons. Nous tenons toutefois à rappeler que les crimes économiques toujours impunis sont nombreux et attendent des suites diligentes et appropriées.

Concitoyennes et concitoyens

Vous vous en doutez, les attentes en matière de transparence sont de plus en plus fortes. Nous nous attendons, notamment, à ce que les déclarations des biens de fin de mission des autorités de la transition soient faites et rendues publiques dans les bons délais ainsi que celles des nouvelles autorités. Des gages supplémentaires seront ainsi fournis dénotant que nos gouvernants ont compris le message véhiculé depuis l’insurrection populaire d’octobre 2014.

Pour notre part, nous pensons avoir respecté nos engagements majeurs en 2015 en contribuant à l’éveil des consciences des populations ainsi qu’à l’amélioration du cadre institutionnel et législatif de lutte contre la corruption. Au niveau de l’éveil de conscience, le 14e numéro de la Bande dessinée Kouka a connu un franc succès et le jeu concours qui l’accompagne, a permis de récompenser nos plus jeunes et vaillants ambassadeurs de la lutte anticorruption. La température de la corruption au Burkina a été livrée, à travers le  lancement du rapport sur l’état de la corruption, un rendez-vous très attendu, nous le savons tous. Le haut du tableau est occupé par les marchés publics, douane, police municipale, la DGTTM et les impôts.

La 10ème édition  des journées nationales du refus de la corruption sur le thème «Engageons-nous pour l’application effective de la loi anti-corruption» a été, vous en conviendrez avec nous, un succès. La cérémonie commémorative de la journée internationale de lutte contre la corruption célébrée conjointement le 09 décembre avec l’ASCE, le PNUD et le RAJIT, dans le sillage des JNRC,  a été rehaussée par la présence du Président de la Transition, Michel KAFANDO qui s’est engagé à transmettre la loi anticorruption adoptée par le CNT le 03 mars 2015 à ses successeurs.

A côté de ces rendez-vous traditionnels, nous avons voulu fédérer toutes les couches sociales pour les impliquer dans la lutte contre la corruption. Plusieurs  actions de sensibilisation ont été menées envers des couches spécifiques de la société. Le souci majeur de mettre à la disposition du public des informations fiables sur la corruption a sous tendu l’action du REN-LAC qui a lancé en fin d’année trois rapports d’études sur « Les valeurs morales éthiques et civiques dans le cadre de la lutte contre la corruption »,  « Les perceptions et présomptions de la corruption dans le secteur minier au Burkina Faso », et « Les présomptions de corruption dans le secteur des Douanes ».

2016 sera encore une année de grands défis, elle marque la dernière année du Plan stratégique 2013-2016. Mais les chantiers seront, tout de même, immenses. Nous attendons notamment, la finalisation de la rédaction du nouveau Plan stratégique 2017-2020 qui doit refléter les ambitions du REN-LAC et les aspirations légitimes du peuple burkinabé.

Je tiens, avant tout, à lancer un appel à la mobilisation citoyenne contre la corruption. Je formule le vœu que nous restons vigilants pour qu’au-delà des discours aériens habituels, il y ait une vraie orientation de l’action politique dans le sens de la lutte contre la mauvaise gestion du bien public. L’implication de nos autorités doit être plus tangible. La lutte contre la corruption doit concerner tous les ministères et faire partie du plan d’action du nouveau gouvernement. La véritable lutte contre l’incivisme doit commencer au sommet de l’Etat. En la matière, nous n’oublions pas l’engagement de notre nouveau président le long de la campagne électorale à faire appliquer tous les textes de lutte contre la corruption.

Les défis à relever sont herculéens mais ils ne sont pas insurmontables : tant que les populations s’impliqueront conséquemment, tant que les organisations de la société civile joueront leur partition, tant que les autorités s’engageront en donnant le bon exemple, les attentes seront vite comblées. A l’issue et à la clé de la synergie d’actions se trouvent toujours, c’est notre conviction, des résultats probants.

Avec l’espoir qu’une lutte acharnée contre la corruption sera engagée, je vous souhaite, au nom du REN-LAC, des vœux de santé, de bonheur, de prospérité et de paix à toutes et à tous en 2016.

Bonne et heureuse année 2016 !

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre