Douane et impôts : Taux de réalisation de 91% et de 97, 27%

Ce 6 janvier 2016, le Président du Faso Roch Kaboré a accordé une audience au directeur général des douanes puis à celui des impôts et enfin à celui du trésor. Comment se porte les portefeuilles de l’Etat ? La douane affiche un taux de réalisation de 91%, et l’impôt 97, 27% selon leur premier responsable.

A ce jour, l’heure est au bilan. Et le président nouvellement élu a voulu prendre le pouls des recettes de l’Etat après la sortie de cette période trouble de la transition. Les remous multiples que le Burkina Faso a connus ces derniers mois ont porté un coup à l’économie, donc au budget de l’Etat. Les deux directeurs généraux n’ont pas manqué de le signaler.

Au niveau de la douane, bilan fait, un taux de 91% se dresse. Les objectifs n’ont pas tous été atteint. Après l’insurrection populaire, investisseurs et importateurs ont joué la carte de la prudence. La plupart retenaient leurs marchandises hors du pays pour les faire rentrer sur commande.

« A l’heure où je vous parle en dehors de quelques offices non informatisés dont nous n’avons pas encore pu compiler les recettes, nous sommes autour de 91% de taux de réalisation. Nous sortons d’une période assez difficile, une période insurrectionnelle où pratiquement la plupart des gros importateurs ont été littéralement pillés et les gens tout naturellement ne cherchaient plus à constituer des stocks au niveau du territoire national », s’est exprimé le directeur des douanes, Adama Sawadogo.

Le directeur général des douanes
Le directeur général des douanes

Aussi la baisse du prix des hydrocarbures a-t-elle été un coup dur porté à la douane. Or, «  les recettes sur les hydrocarbures sont environ de 35 à 40% des recettes douanières », selon le directeur général. De même le putsch du 16 septembre, rejeté par une grève générale des centrales syndicales a laissé ses traces. « Pendant deux semaines, on était en grève générale. Tout naturellement cela a impacté négativement le recouvrement. C’est environ 1/24 des recettes douanières que nous avons perdu, donc à peu près de l’ordre de 12 milliards ».

Du coté des impôts, les prévisions n’ont pas été atteintes non plus, mais le directeur général Adama Sanou juge les résultats satisfaits d’autant qu’il enregistre un taux de réalisation de 97, 27%.

Selon lui, un bilan provisoire a déjà était fait, mais qui est susceptible de révision à la hausse : « A la date du 31 décembre 2015, la direction générale des impôts a réalisé provisoirement un montant de 502 milliards de F CFA environ pour le trésor public. Initialement nos prévisions étaient de 559 milliards de F CFA. Et comme vous avez suivi ce qui s’est passé au Burkina en 2015, c’est des prévisions qui ont été revues à la baisse dans le cadre de la loi de finance rectificative pour nous ramener à 517 milliards de F CFA ».

Issouf NASSA

Burkina24



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page