« A tout jamais » ou la vie dans l’au-delà

548 0

« A tout jamais » est la pièce en programmation au Carrefour international du théâtre de Ouagadougou (CITO) dont la première a eu lieu le vendredi 8 janvier 2016. Ecrite par la dramaturge suisse Brigitta Paulina, la pièce est coproduite par Kuckuck-Production, une compagnie de la Suisse, et le CITO.  « A tout jamais » met en scène le questionnement sur la vie des hommes dans l’au-delà.

La scène se passe dans l’au-delà. Cinq hommes de différentes horizons, tous décédés, se retrouvent dans l’au-delà. Qu’est-ce qu’ils peuvent faire venant tous de culture et religions différentes ? », questionne Roger Nydegger, le metteur en scène.

«Ils se retrouvent là. Ils ne savent pas comment se comporter. Ils ont le temps. Ils cherchent Dieu, jouent à Dieu et sont malgré tout abandonnés de Dieu. Ils jouent au football, dansent à perdre la tête et essaient de se rapprocher », dit-il en explication.

Sur scène, des cercueils, des morts, au centre. Est assis le plus ancien, tantôt noir, tantôt blanc à qui les nouveaux venus s’adressent.

A travers des mimes, la danse, ils se remémorent leur passage sur terre puis décrivent chacun la cause de sa mort. Noyade, électrocution, accident, explosion, peu importe la manière, le constat est là : « la mort est partout et ne distingue ni de race ni de religion. Les uns et les autres devraient rechercher la paix. Personne ne sait ce qui va se passer dans l’au-delà. Personne ne peut dire que sa religion est la vraie», souligne Roger Nydegger.

Le message qu’il souhaite passer, c’est qu’il «faut vivre l’actuel, le présent ici, pas seulement se préparer pour ce qui va se passer dans un au-delà. Personne ne sait comment va être l’au-delà, qu’est-ce qu’on peut vivre là-bas. Alors il faut vivre ici, il faut se réjouir».

« A tout jamais » est produit en Suisse et réadapté avec des acteurs burkinabè pour le Burkina pour symboliser cette recherche de la paix.

La pièce est programmée du 8 au 23 janvier 2016 au CITO à Ouagadougou et se délocalisera du 25 janvier au 6 février dans les localités de Kombissiri, Laongo, Dori, Tikaré, Ouahigouya, Koudougou, Sabou et Gossina.

Revelyne SOME

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *