89% des utilisateurs de smartphones ressentent des « vibrations fantômes » !

111 0

Une récente étude affirme que quasiment 90% des utilisateurs de smartphones ressentent des « vibrations fantômes », c’est-à-dire avoir l’impression que le smartphone vibre ou a vibré dans la poche.

Sur 290 étudiants interrogés et qui portent très régulièrement un smartphone sur eux, cette étude (repérée par le site d’informations ZDNet) menée au « Georgia Institute of Technology » aux USA, montre que 89% d’entre eux ressentent ce que les spécialistes appellent les « vibrations fantômes ».

Il s’agit d’un phénomène qui fait penser à l’utilisateur que son smartphone vibre dans sa poche alors qu’il n’en est rien. Un rapide interrogatoire par la rédaction de Burkina24 confirme que le phénomène existe bel et bien et qu’il est d’ailleurs très répandu.

Mais d’où peut venir cette étrange manifestation ? Est-elle purement psychologique ?

C’est ce que semble effectivement conclure cette étude américaine, même si le sujet paraît un peu plus complexe. La technologie devient ainsi partie intégrante du corps humain.

Tout d’abord, l’étude met en avant une cause potentielle : le stress. Pour en arriver là, les chercheurs ont étudié une population d’internes dans un hôpital et repéré que le phénomène de vibration s’accentue avant qu’ils rentrent en internat (78,1%), continue de progresser au cours des six premiers mois (jusqu’à 95,9%) et chute légèrement passée cette période.

2 semaines après la fin de l’internat, le taux chute à 54,2%, selon les résultats de l’enquête.

« La prévalence extrêmement élevée de vibrations fantômes rencontrées dans l’échantillon atteste du fait que les mécanismes du cerveau fonctionnent bien », écrit le professeur Rothberg, membre de l’équipe ayant effectué cette enquête.

« Nous avons découvert que les expériences hallucinatoires sont très fréquentes dans certaines circonstances », poursuit-il. Les chercheurs soulignent également que le corps humain prend peu à peu ses habitudes en intégrant la technologie « comme une partie du corps ».

« Moi je ressens cela depuis des années… J’ai même payé un sac dans lequel je mets mes téléphones désormais », confie Mariam Koné, femme d’affaires au grand-marché de Ouagadougou.

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre