Burkina : Les membres du nouveau gouvernement ont pris contact

432 0

Les membres du gouvernement du Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, composé de 29 membres dont 7 femmes, se sont rencontrés dans la soirée de ce mercredi 13 janvier 2016 au Palais présidentiel de Kossyam essentiellement pour une prise de contact. Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, occupant également le poste de ministre de la Défense était présent. Quelques ministres se sont prêtés à nos micros, juste après la rencontre.

Après la photo de famille, place était aux interviews. Le ministre des enseignements secondaire, supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, Filiga Sawadogo (qui était d’ailleurs à ce poste sous la Transition) reconnaît les problèmes notamment de l’Université Joseph Ki Zerbo avec « son monde d’étudiants, de personnel » et ses problèmes d’infrastructures.

Le ministre de la communication et des relations avec le Parlement, Remi Dandjinou.
Le ministre de la communication et des relations avec le Parlement, Remi Dandjinou.

Le ministre de la communication et des relations avec le Parlement, Remi Dandjinou, patron de la chaine de télévision BurkinaInfoTV, pour sa part, fait une révélation  : « J’ai déposé ma démission depuis ce matin, suite à ma nomination au poste de ministre de la Communication. Dans les jours à venir, un autre assurera la gestion de Burkina InfoTV ».

Tahirou Barry, ministre de la Culture et du Tourisme: « …Repositionner le ministère de la Culture… La priorité est de repositionner le ministère de la Culture et du Tourisme dans la place qu’il mérite. Ces deux secteurs sont des instruments privilégiés de développement et il n’y a pas de raison que ce secteur soit à la queue dans le processus de développement. Pour ce qui est de la crise au BBDA, nous allons essayer de discuter avec tous les acteurs concernés, comprendre le problème, faire le diagnostic et prendre les décisions qui s’imposent ».
Clément Sawadogo, ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale: « Nous ne devons pas naviguer à vue… Notre première rencontre a été une prise de contact. Le Chef de l’Etat nous a encouragés et il a dégagé des pistes. Il nous a demandé de prendre notre tâche avec toute la détermination qui sied et surtout d’œuvrer dans le sens des attentes de notre peuple. Il a beaucoup insisté sur la vision qui doit être celle de notre action et qui s’appuie sur son programme, pour lequel il a été élu. Il a également insisté sur la cohésion gouvernementale et sur la discipline des ministres en disant clairement que le bon exemple sur tous les plans doit venir des ministres eux-mêmes.
Je pense que ce cadrage était essentiel et nous allons tous nous efforcer de travailler dans cette ligne de mire. Mon département recouvre des domaines très sensibles, notamment la question de la gestion des personnels de l’Etat,  la réglementation du travail, la protection sociale… Nous allons dégager sur tous ces sujets, la vision qui va imprimer le rythme de nos actions. Nous ne devons pas naviguer à vue. Nous devons travailler sur des objectifs clairs et précis. Nous sommes conscients que le contexte n’est pas facile. Mais, tous ensemble, en tant que Burkinabè ayant vécu tout ce qui s’est passé depuis plus d’une année, pouvoir trouver les moyens de concertation nécessaire pour nous entendre sur un certain nombre de questions. Etant entendu que gouvernants comme partenaires sociaux doivent œuvrer ensemble pour le bien de ce pays ».

Alpha Barry, Ministre des affaires étrangères, de la Coopération et des Burkinabè de l’extérieur, laisse entendre, quant à lui, que l’emploi ne lui est pas totalement étranger.  « …Il y a des activités que je menais plus ou moins de façon officieuse pour le Président guinéen pour lequel j’étais Conseiller, dit-il.  Ça fait cinq ans et maintenant je suis très heureux de pouvoir travailler directement pour mon pays ».

Alpha Barry, Ministre des affaires étrangères, de la Coopération et des Burkinabè de l'extérieur.
Alpha Barry, Ministre des affaires étrangères, de la Coopération et des Burkinabè de l’extérieur.

Les principales perspectives pour la Coopération entre le Burkina et les pays voisins, selon lui, consistent en une relation de paix et il n’y a pas de raison que des pays entre eux aient des problèmes de façon ouverte. « Il faut que tous les pays se mettent ensemble pour faire face au défi sécuritaire notamment les menaces djihadistes », indique-t-il.

Simon Compaoré, ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieure.
Simon Compaoré, ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieure.

“… Il faut que les gens se sentent en sécurité aussi bien en ville qu’en campagne, que la décentralisation avance, gagne d’autres galons et que le territoire soit bien administré, bien géré », foi de Simon Compaoré, ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieure qui avoue également avoir confiance aux nombreuses compétences au sein des différents ministères.

Noufou KINDO

Burkina 24


Le communiqué de la direction de la Communication de la Présidence du Faso

Prise de contact du nouveau gouvernement avec le Président du Faso : l’exécutif affiche complet

Les membres du gouvernement Thiéba I le 13 janvier 2016
Les membres du gouvernement Thiéba I le 13 janvier 2016

Le Président du Faso, S.E.M. Roch Marc Christian KABORE a pris contact avec le premier gouvernement du Premier ministre Paul Kaba THIEBA dans l’après-midi du mercredi 13 janvier 2016 à la Présidence du Faso.
Ce premier rendez-vous de l’exécutif avec le Président du Faso devrait permettre à chaque ministre de recevoir sa « feuille de route » en vue d’un démarrage rapide du programme présidentiel. Pour un mieux-être des Burkinabè, la vision du Président Roch Marc Christian KABORE se décline en cinq points :

  • La réforme des institutions et de l’administration pour plus de justice sociale, de démocratie et de liberté.
  • La mise en place d’un nouveau modèle de développement.
  • La promotion et la vulgarisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication.
  • La dynamique du secteur privé pour en faire un acteur important de la croissance.
  • Un meilleur partage des fruits de la croissance à travers un nouveau contrat social.

C’est donc un gouvernement de combat qui est commis à la tâche.
Composée de 29 membres dont un Ministre d’Etat, deux Ministres délégués et quatre Secrétaires d’Etat, la première équipe gouvernementale compte en son sein sept (7) femmes.
Le portefeuille de la Défense nationale et des Anciens Combattants est dévolu au Président du Faso.
Seule absente à ce premier Conseil, la Ministre déléguée à la Coopération régionale.
Une heure après, les ministres sortent de la salle du Conseil des ministres pour la photo officielle autour du Président du Faso et du Premier ministre sous les flashs et les crépitements des appareils des preneurs d’images. Des ministres qui partent dans leurs cabinets respectifs, prêts à relever les défis pour le bonheur des populations.

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso




Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *