Création d’un Ministère des Burkinabè de l’étranger: Réactions de quelques membres de la diaspora

261 0
La diaspora burkinabè réagit à la suite de la nomination d’un Ministère des Burkinabè de l’extérieur.
Arouna SANIWIDI, New York, USA:

“Nous avons acceuilli la nouvelle de la création d’un Ministère en charge des Burkinabè de l’extérieur avec joie car cela fait des années que nous l’attendions. Il devra nous aider à résoudre certains problèmes auxquels les Burkinabè font face à l’étranger. En la matière, les préoccupations  sont nombreuses.

Arouna Saniwidi à New-York, Etats-Unis.
Arouna Saniwidi à New-York, Etats-Unis.

Nous sommes presque le seul pays Ouest-Africain qui ne disposait pas d’un tel ministère et ce malgré les multiples demandes et interpellations à l’endroit de  nos autorités à chaque occasion qui nous était offerte. Merci au Président de la république et au Premier Ministre pour cette marque de considération mais également pour la prise en compte de la diaspora burkinabè dans le développement socio-economique de notre pays.

La diaspora, s’il faut le rappeler, n’est pas resté en marge de la lutte pour la libération de notre chère patrie. C’est ensemble, que nous bâtirons notre nation. Que la recherche du bonheur de la population soit au centre de leur actions de tous les jours…”

Michel BADO,  SG du Collectif des Associations et Mouvements de Jeunesse Burkinabè en Côte d’Ivoire (CAMJBCI ):

Michel BADO, SG du Collectif des Associations et Mouvements de Jeunesse BURKINABÈ en Côte d'Ivoire (CAMJBCI )

”En toute honnêteté je pense que c’est un honneur pour nous Burkinabè de l’Extérieur,  marginaux de l’histoire de notre pays d’origine parce qu’ayant été oubliés par les différents régimes qui se sont succédés depuis les indépendances que  d’avoir un ministère spécifique aujourd’hui. C’est le résultat d’une lutte acharnée contre l’injustice menée contre toute la Diaspora. Chacun avec sa méthode. Moi personnellement je m’y attendais car le Président du Faso SEM Marc Rock Christian Kaboré avait déjà promis lors de son discours d’investiture de mettre l’accent sur la Diaspora,  la Jeunesse et la Femme.

C’est aussi le lieu de lui exprimer toute notre gratitude.  Mais là n’est pas le problème car il y a toujours eu un Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Régionale  qui n’a pas toujours répondu à nos attentes. Nous attendons de voir le projet de la toute nouvelle  Ministre pour ses compatriotes que nous sommes. Les nouveaux dirigeants doivent savoir que la Diaspora burkinabè ne veut plus de discours creux mais des actes forts à son endroit pour sa réhabilitation car comme on le dit si bien au Faso :” Plus jamais rien ne sera comme avant “.

Nous attendons le renforcement des liens séculaires existants entre nos deux peuples depuis la nuit des temps et mis à mal par la transition. Le Président a même déjà annoncé les couleurs quand il disait qu’il n’y a pas et ne saurait y avoir de problème entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire. Nous attendons de la lucidité sur les intérêts ‎stratégiques du Burkina Faso,  le respect des droits de la citoyenneté et donc le droit de vote car nous sommes des Burkinabè au même titre que nos familles restées au pays. D’où notre pleine participation au jeu politique national.

La contribution des Burkinabè  de l’extérieur à l’économie nationale est très énorme. Rappelons que le Burkina Faso  est le troisième partenaire économique de la Côte d’Ivoire après le Maroc et la France. Ce qui en dit long sur le nombre de Burkinabè ici. (…) D’où le dépassement des crispations inutiles donc vider au plus vite les dossiers judiciaires qui ne doivent continuer à empoisonner le lien amical et fraternel.

Comme nous l’avons toujours demandé :
–   la réduction du coût les actes administratifs sont dix fois plus chers ici qu’au Burkina Faso.  Un exemple très simple. La légalisation qui coûte 200 F CFA au pays est à 4 000 F CFA dans nos consulats.
– la création d’un fonds de la diaspora pour l’entrepreneuriat – jeunes car le problème de l’emploi se pose avec acuité
– l’envoi de missions à l’extérieur pour la délivrance des actes administratifs qui nécessitent le déplacement au pays tels que les jugements supplétifs,  le certificat de nationalité,  le passeport.
– il faut résoudre une fois pour de bon l’épineux problème de la carte d’identité consulaire qui est tout sauf biométrique ainsi que son coût.
– se pencher sur la question de nos compatriotes dans le mont Péko qui pourrit aussi les relations entre nos deux pays ( Burkina Faso et Côte d’Ivoire )
– affecter des diplomates qui aiment vraiment leurs compatriotes de l’extérieur et non des aventuriers qui n’ont pour intention que de nous diviser pour régner.
– il faut aussi penser à recruter au sein de la diaspora pour des postes dans nos chancelleries qui n’ont pas forcément besoin qu’on envoie des personnes de Ouagadougou.

Je souhaite enfin bon vent à Madame la Ministre déléguée  auprès du ministre des affaires étrangères, de la coopération et des Burkinabè de l’extérieur, chargée de la coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur : Mme Rita Solange Agnetekoum née Bogoré, ainsi qu’à toute l’équipe gouvernementale et surtout la paix au Faso.”

Moussa ZALLE, Abidjan, Côte d’Ivoire: 

Moussa ZALLE
Moussa ZALLE

“Merci au Président du Faso SEM Marc Rock Christian Kaboré et au Premier Ministre SEM Paul KABA Thiéba  pour l’attribution d’un département ministériel propre aux Burkinabè  de l’extérieur. Toutes nos Félicitations à  la ministre chargée de ce département et surtout  bon vent à elle et à toute son équipe.
Le collectif des associations et mouvements de jeunesse burkinabè en Côte d’Ivoire ( CAMJBCI ) apportera tout son soutien à la ministre pour la réussite de sa mission à la tête de ce département pour le bonheur de notre communauté et le rayonnement du Burkina Faso à l’extérieur.
Nos attentes sont nombreuses et mêmes très énormes.  La diaspora a toujours été laissée pour compte dans tous les domaines, le social,  le politique, pour ne citer qu’eux ceux-là . Alors,   nous espérons cette fois-ci que  la prise en compte de nos préoccupations seront effectives. Que les réels problèmes de la diaspora soient traités sans exclusion. Peut-être même pourquoi pas un plan Marshall pour nous Burkinabè de l’extérieur ?”

Désiré Yaméogo, Abidjan, Côte d’Ivoire

Désiré Yaméogo, Abidjan, Côte d'Ivoire.
Désiré Yaméogo, Abidjan, Côte d’Ivoire.

“En ce qui me concerne, c’est une véritable satisfaction de voir la création d’un ministère de tutelle pour les Burkinabè de l’étranger.

En ce sens que mon engagement total pour l’avènement de SEM Roch Marc Christian Kaboré à la Présidence du Faso a été bien réfléchi et mérité. Cela parce que le connaissant un tout petit peu pour l’avoir observé depuis un certain temps bien avant sa démission du CDP.
Cela était prévisible, vu l’intérêt qu’il porte à cette diaspora burkinabè dont il a reconnu, lors de son premier discours dès son investiture, la contribution pour le développement du Faso sur tous les plans.

Aussi la création de ce poste ministériel à notre profit vient une fois de plus confirmer la sincérité de Roch Marc Christian Kaboré à l’égard de ses compatriotes de l’étranger après avoir décidé à la surprise générale de donner un signal fort dans ce sens en confiant même la destinée du gouvernement à SEM Paul Kaba Thiéba, membre à part entière de cette communauté des Burkinabè de l’étranger.
Tout ceci vient corroborer sa promesse de campagne où il a promis développer notre cher pays avec la diaspora et toutes ses compétences.

Enfin, je souhaite que cette masse importante du peuple burkinabè à l’extérieur fasse une fois de plus confiance au Président du Faso pour sa valorisation et sa prise en compte pour ce qui concerne les grands moments de l’histoire à venir du Burkina Faso, car comme il l’a dit lors de sa première participation à la Marche- meeting  du CFOP à la place de la nation, ” Plus rien ne sera comme avant!”.

Au vu de cette démarche qui est dans la droite ligne du programme du Président du Faso, nous croyons fermement à notre participation à l’élection présidentielle du Faso en 2020, contrairement à ce qui se murmure dans le milieu des négationnistes, (une élection, ndlr) que nous attendons à bras ouverts dans la république.

Merci de m’avoir tendu votre micro! Bonne suite à votre organe!”

 Koudougou SIA, Abidjan, Côte d’Ivoire: 
Koudougou Sia
Koudougou Sia
“Nous félicitations le président d’avoir pensé à la diaspora burkinabè longtemps marginalisée et nous attendons le ministre dans ses actions.”

Propos recueillis par  Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre