L’entourage de Guillaume Soro nie l’existence d’un mandat d’arrêt contre lui

640 0

« Nous avons été informés via les réseaux sociaux qu’un mandat d’arrêt contre le président de l’Assemblée nationale ivoirienne aurait été envoyé » a affirmé Moussa Touré, un conseiller de Guillaume Soro à l’AFP ce vendredi 15 janvier 2016.

Entrant dans le cadre de l’enquête sur le putsch perpétré le 16 septembre 2015 par le Général Gilbert Diendéré et des soldats de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP), le mandat d’arrêt contre l’actuel président de l’Assemblée nationale ivoirienne a été lancé par la justice militaire, a appris Burkina 24.

L’entourage de Guillaume Soro nie l’existence de ce mandat et le qualifie « d’improbable ». Le conseiller du président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Moussa Touré, ajoute qu’il n’avait pas « connaissance que le président de l’Assemblée ivoirienne ait été inculpé (…), inculpation qui aurait donné lieu à un mandat », rapporte l’AFP.

L’entourage du président de l’Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro a estimé que la délivrance d’un mandat d’arrêt à son encontre par la justice du Burkina « serait un acte hostile contre la Côte d’Ivoire et il ne resterait pas sans réponse », a affirmé à l’AFP, Moussa Touré.

En rappel, les présumées écoutes téléphoniques impliquant Guillaume Soro et Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères de Blaise Compaoré avaient été rendues publiques. Le directeur de la justice militaire Sita Sangaré a révélé le 23 décembre 2015 que des écoutes téléphoniques avaient été versées au dossier du putsch, mais sans préciser le contenu et les interlocuteurs.

Djibrill Bassolé est actuellement détenu à la Maison d’arrêt et de correction des armées (MACA) pour son implication dans le putsch du 16 septembre 2015 au Burkina.

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *