Attentats à Ouagadougou : « Ce qui touche le Burkina touche le Mali » (Mamadou Tounkara)

440 0

Mamadou Tounkara, premier vice-président de l’Assemblée nationale malienne, accompagné d’une forte délégation de parlementaires a été reçu ce jeudi 21 janvier 2016 par le président de l’Assemblée nationale burkinabè.  Cette visite se situe dans le cadre des attentats du 15 janvier 2016 au Burkina.

« Nous sommes venus au nom du président de l’Assemblée nationale pour vous présenter à vous Monsieur le président de l’Assemblée, à l’ensemble des députés, aux autorités et au peuple burkinabè, nos condoléances les plus attristées face aux attentats lâches et barbares que votre pays vient de subir ».

Nous demeurons convaincus que Dieu est avec les justes (Mamadou Tounkara).
Nous demeurons convaincus que Dieu est avec les justes (Mamadou Tounkara).

Dieu est avec les justes. Ce sont les premiers mots du premier vice-président de l’Assemblée nationale du Mali, Mamadou Tounkara, à l’endroit des Burkinabè, avant d’ajouter que « ce qui touche le Burkina, touche le Mali ».

Face au terrorisme, Mamadou Tounkara demeure convaincu que la victoire sera la leur. « Nous demeurons convaincus que Dieu est avec les justes et que nos peuples sont des peuples justes qui n’aspirent qu’à la paix », a avancé le premier vice-président de l’Assemblée nationale du Mali.

Remerciant les parlementaires maliens, Salif Diallo, président de l’Assemblée nationale du Burkina a rappelé que les deux pays doivent « affronter ensemble un ennemi commun » et qu’ils doivent, « au-delà des procédures étatiques, tisser des relations entre les forces de sécurité et tout ce qui concoure à mettre fin à ces actes ignobles ».

{VIDEO} – Des députés maliens sur les lieux des attaques à Ouagadougou

Après l’entretien avec le président de l’Assemblée nationale du Burkina, la délégation malienne est allée visiter les ruines de l’ancienne Assemblée nationale avant de se rendre sur les lieux des attentats sur l’avenue Kwamé N’krumah à Ouagadougou.

De façon aussi barbare. Le 2e questeur de l’Assemblée nationale du Mali, Belco Bah a, après la visite, exprimé son désarroi sur la situation : « j’ai des sentiments de révolte. Nous ne comprenons pas pourquoi au nom d’une prétendue religion, que des êtres humains se mettent à tuer d’autres de façon aussi barbares. Nous sommes désolés de voir ce spectacle ».

Les parlementaires maliens sont d’avis à ce que les forces de défense et de sécurité des deux pays « mutualisent leurs efforts ». Le premier vice-président de l’Assemblée nationale malienne a annoncé, dans les prochains jours, une visite du président malien, Ibrahim Boubacar Keita.

Yannick SAWADOGO avec Noufou KINDO

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *