Attentats à Ouagadougou : Une chaîne de lumière sur Kwamé N’Krumah

529 0

Parents, amis ou simples Burkinabè se sont réunis sur l’avenue Kwamé N’Krumah à Ouagadougou en début de soirée du 23 janvier 2016 pour rendre hommage aux victimes des attentats terroristes du 15 janvier 2016. “Une chaîne de lumière” pour dire non au terrorisme et dire adieu aux âmes des disparus.

L’initiative qui a pris forme ce samedi 23 janvier 2016 sur l’Avenue Kwamé N’Krumah n’est pas portée par une quelconque structure. C’est ce qu’explique, drapée dans sa robe blanche, Raïssa Compaoré, faisant dos au Splendid Hôtel et laissant sur sa droite, la silhouette du restaurant-Café Cappuccino.

Ils ont marché pour dire non au terrorisme © Burkina24
Ils ont marché pour dire non au terrorisme © Burkina24

Cette journaliste indépendante reconnaît cependant qu’elle a été la première à lancer l’idée d’une chaîne de lumière sur la principale avenue de la capitale burkinabè, au lendemain des tristes attentats terroristes qui ont arraché la vie à une trentaine de personnes de plusieurs nationalités. Sur les réseaux sociaux, l’idée a pris forme pour donner corps ce vendredi à cette chaîne humaine composée de plusieurs nationalités.

Raïssa Compaoré avec à côté Gilbert Ouédraogo, président de l'ADF/RDA © Burkina24
Raïssa Compaoré avec à côté Gilbert Ouédraogo, président de l’ADF/RDA © Burkina24

Habillés de blanc, tenant qui une une bougie ou la torche allumée de son téléphone, ils sont, selon l’expression de Raïssa Compaoré, venus dire non au terrorisme et avoir une pensée pour toutes celles et tous ceux qui sont tombés ce sinistre vendredi.

La carte du Burkina en lumière à quelques mètres du Splendid Hôtel et du Cappuccino © Burkina24
La carte du Burkina en lumière à quelques mètres du Splendid Hôtel et du Cappuccino © Burkina24

Marche silencieuse ponctuée des battements d’un tam-tam, carte du Burkina dessinée à même la chaussée avec des bougies allumées, à quelques mètres du Cappuccino et du Splendid Hôtel, recueillement, dépôt de gerbes, minute de silence, témoignages et chorégraphie ont marqué les quelque  90 minutes de cette modeste mais symbolique cérémonie.

Un verre de café a été levé en hommage aux victimes © Burkina24
Un verre de café a été levé en hommage aux victimes © Burkina24

La voix qui accompagnait la chorégraphie, celle du poète Emile Lalsaga, a laissé entendre les mots suivants : «Hier, nous étions là. Nous y serons toujours, ensemble contre la barbarie. Splendides, nous resterons. (…)  N’ayons aucune peur».

Cet hommage s’est terminé par un levé de verre de café en hommage aux victimes et en signe de défi au terrorisme.

Abdou ZOURE

Burkina24


Le poème qui accompagnait la chorégraphie

Choisir une terrasse

Aller avec des amis.

Prendre une tasse

Partager un petit temps,

Un sourire, un cadeau de la vie.

Châtier le stress et re-

Charger son énergie:

Inutile donc de capituler

Ne jamais céder un instant :

On boira toujours un cappuccino.

Hier

On était là,

Toujours nous y serons,

Ensemble pour exalter nos amis

Loin des barbaries et des ténèbres.

Splendides, nous le resterons.

Pays de tout horizon,

Levons-nous comme un seul homme

Et balayons ces ordures de notre planète.

N’ayons aucune peur,

Donnons-nous les moyens nécessaires

Ici, là-bas et partout pour

Détruire tous les foyers terroristes.

Savoir surmonter nos grandes douleurs

Et permettre à nos cœurs de se refaire,

Savoir vivre sans renier nos différences

Et bannir l’égocentrisme sur cette terre,

Pouvoir porter haut nos vives espérances

Et éviter d’être prisonniers dans nos enfers,

Ne guère se résigner dans notre existence

Et réinventer la vie avec tous nos frères,

Dire non, sans fléchir face au terrorisme

Et avoir le courage pour mener le combat,

Porter notre vigilance à son paroxysme

Et participer à la veille de nos Etats,

Ne point prédire, ne guère maudire;

Offrir à l’humanité toute notre intelligence

Pour combattre tout ce qui est pire:

C’est la seule façon d’éviter la déchéance.

Sa Romance Emile LALSAGA, Poète de l’Amour et de la Douleur



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *