Simon Compaoré : «Tout le monde sera fouillé »

538 0

Les transporteurs devront s’attendre à des mesures « strictes ». Le ministre des transports et le ministre de la sécurité intérieure ont rencontré les syndicats des transporteurs l’après-midi de ce mardi 26 janvier 2016 pour le leur signifier. C’était dans les locaux de la mairie centrale de Ouagadougou.

Ce que Simon Compaoré

 

Burkina24

Plus de « laisser aller »

Il n’y aura plus de place pour le « laisser aller » dans la chaine des transports au Burkina Faso. C’est l’annonce faite par Souleymane Soulama, ministre des transports lors de la rencontre avec les syndicats des transporteurs.

Les récents événements qu’a connus le pays incite le gouvernement à « changer  cette habitude,  qui faisait notre fierté, de confiance mutuelle qui incite au laisser aller », a dit le ministre des transports.

Mesures prises                             

Il s’agira pour les transporteurs d’avoir une feuille de route qui permettra de connaitre l’identité de tous les passagers et de procéder au contrôle des bagages. En particulier les bagages non accompagnés de leurs propriétaires, a indiqué le ministre des transports. Ils devront également procéder au « filtrage » de tous ceux qui fréquentent les gares à l’aide du matériel de détection.

Les acteurs du monde des transports ont été informé des nouvelles mesures sécuritaires prises par le gouvernement.
Les acteurs du monde des transports ont été informés des nouvelles mesures sécuritaires prises par le gouvernement.

Le ministre de la sécurité intérieure l’admet. « C’est quelque fois énervant », note Simon Compaoré. Mais il rassure tous les acteurs quant à la nécessité de procéder ainsi. Ce sont des instructions « fermes » émanant du chef de l’Etat, dit-il.

Il a été ordonné des fouilles « minutieuses » pour que plus rien n’échappe à la vigilance des forces de l’ordre. « La police et la gendarmerie ont eu carte blanche pour opérer dans l’intérêt de tous ceux qui vivent dans notre pays. Tout le monde sera fouillé », a déclaré le ministre de la sécurité intérieure.

Aucune faille. « La situation est telle qu’on ne peut pas plaisanter sur la question. Il faut une fermeté », a dit le ministre de la sécurité. L’intérêt, c’est de ne pas transporter des passagers dont on ne connait pas l’identité.

La mesure permettra de savoir qui est à bord du véhicule de transport. Pour cela, le ministre souhaite que les mesures soient appliquées avec la rigueur qui sied.  « Il faut s’abstenir de prendre quelqu’un qui n’a pas de papier. S’il n’a pas de carte d’identité, s’il n’a pas de passeport et il est majeur. C’est suspect », a dit le ministre avant d’ajouter que « même les paysans qui sont au fin fond, savent que pour se déplacer, il faut  se munir des papiers ».

Fin du racket

L’application « stricte » des nouvelles mesures de sécurité concerne en premier lieu les forces de défense et de sécurité. Le ministre a émis le vœu que les mesures ne passent pas sous silence parce qu’il y va de la sécurité de tous.

 « A partir de maintenant, a dit Simon Compaoré, les policiers et les gendarmes fouillent. Et ce ne sont pas des fouilles de complaisances. Ils ne doivent rien prendre pour laisser quelqu’un partir, parce que là vous êtes en danger, lui-même est en danger et le pays est en danger. On doit fouiller pour savoir s’il n’y a pas d’armes. C’est le but », a dit Simon Compaoré.

Et le ministre de conclure par ces mots à l’endroit des transporteurs : « Plus jamais de transport de gens que vous ne connaissez pas. Plus jamais de transport de gens qui n’ont pas de pièce et qui ont l’âge d’avoir des pièces et qui n’ont pas de pièces ».

Les deux ministres ont invité les acteurs du monde des transports à redoubler de vigilance dans les aéroports, gares ferroviaires et routières afin de réduire au maximum les failles de sécurité.

Oui Koueta

Burkina24

Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre