Pôles de croissance au Burkina : Des géographes apportent leur regard sur le concept

894 0

La Société des Savoirs en Géographie du Burkina(SSGB) a organisé une conférence  le jeudi 28 janvier 2016 à l’université de Ouagadougou autour du thème: « Pôles de croissance et dynamiques territoriales : enjeux et perspectives pour un développement durable en Afrique »

La Jeune association des géographes à savoir la Société des Savoirs en Géographie(SSGB) qui a vu le jour en juin 2015 s’est intéressée aux questions de pôles de croissance en Afrique dans le cadre du lancement de ses activités.

Pour ce faire, elle a invité le directeur des pôles de croissance et de compétitivité au sein du ministère en charge de l’économie, Nicolas Kobiané à animer une  conférence sur le sujet. Le conférencier du jour a rappelé que le concept de pôles de croissance a été développé par l’économiste français François Perroux dans les années 1950.

Il a été révisé et adapté à l’évolution des cadres théoriques et des politiques de développement dans des contextes différents. “On entend par pôle de croissance une combinaison d’entreprises et de centres de recherche publics ou privés sur un territoire donné, ou une collectivité territoriale dont l’activité économique constitue un moteur de croissance économique. “, a-t-il indiqué

Il a affirmé qu’au Burkina Faso, le gouvernement a retenu depuis 2011 les pôles comme un instrument d’accélération de la croissance économique et de réduction durable de la pauvreté. Le modèle pôles de croissance retenu par le Burkina devra permettre de structurer l’appareil de production, de diversifier et d’accroître l’offre de produits.

Les participants attentifs à la conférence
Les participants attentifs à la conférence

“Outre le pôle de Bagré, le Gouvernement a décidé de développer d’autres pôles de croissance. L’état de la réflexion sur ces nouveaux pôles distingue les pôles en préparation (pôle de croissance du Sahel, grappe d’entreprises huilerie de Bobo Dioulasso) et les pôles en projet (zones économiques spéciales de Bobo Dioulasso et Ouagadougou, agropôles de Sourou et de Samendeni, stratégies de niches, pôle de croissance de l’Est)”, a-t-il révélé.

Toutefois, Nicolas Kobiané a souligné que s’il est très tôt de tirer des conclusions par rapport à l’expérience du Burkina, il convient de prendre quelques dispositions pour s’assurer du succès de ces pôles.

La première et la plus importante à son avis est de parvenir à assurer une véritable articulation entre l’aménagement du territoire, l’approche pôles de croissance et le développement régional et local. La deuxième perspective est le renforcement du partenariat public privé.

Par ailleurs, considérant la prise en compte tardive de l’espace dans la pensée économique et eu égard à la faible articulation entre les stratégies de croissance et l’aménagement du territoire, il y a nécessité d’approfondir la recherche et d’améliorer les connaissances sur la dimension spatiale du développement économique et les différentes implications pour les pays en développement.

Un colloque sous-régional ou international est recommandé à la SSGB pour traiter de la dimension spatiale du développement régional et territorial. Toute chose que le président de la SSGB, Dr Lassane Yaméogo a promis de prendre en compte dans les activités à venir.

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *