Education nationale: Le ministre veut mettre les points sur les « i »

Jean-Martin Coulibaly ministre de l’Education nationale et de l’alphabétisation envisage « visualiser chaque enfant et en faire un acteur social économique responsable pour le développement de ce pays ». Pour y arriver, il a rencontré ce jeudi 4 février 2016 les structures centrales et déconcentrées de son  ministère pour le leur signifier.

« Le changement est attendu et c’est une rupture nécessaire dont l’éducation est le gouvernail », a souligné le ministre. Et Jean Martin Coulibaly souhaite que l’accent soit mis sur la valeur travail, l’éthique et la probité, la culture des résultats, la diligence et le suivi, la solidarité et la gestion économe des ressources, afin de faire de chaque enfant un acteur social économique responsable pour le développement du Burkina Faso.

Pour y arriver, tout le personnel du ministère doit être mis à contribution. Il a donc rencontré les structures centrales et déconcentrées du (MENA). Le non-respect du délai imparti aux tâches et la lenteur administrative sont ici indexés par le ministre de l’éducation nationale.

« Lorsque l’on parle de lenteur administrative, chacun de nous est responsable de cette lenteur dont on parle tant », note le ministre Jean Martin Coulibaly. Selon lui, si chacun fait aujourd’hui, ce qu’il peut faire aujourd’hui sans le remettre à demain, cela peut réduire la lenteur dont il est tout le temps question.

Ethique et probité. « Je serai le premier à être le défenseur de mes collaborateurs. Ne vous y méprenez pas. A chaque fois que ce sera nécessaire, je serai à vos côtés pour vous défendre », a dit le ministre. Il prévient tout de même. « Mais sur vos droits et sur votre raison », renchérit Jean Martin Coulibaly.

Les représentants des structures centrales et déconcentrées du MENA.
Les représentants des structures centrales et déconcentrées du MENA.

Culture des résultats. Faire de la réussite de l’enfant le « référentiel », c’est la finalité que vise le ministre de l’éducation nationale. Jean Martin Coulibaly invite ses collaborateurs à avoir en point de mire cette finalité dans tout ce qu’ils font.

C’est-à-dire, faire de « l’enfant qui est dans le dispositif, un acteur responsable et  capable de s’insérer harmonieusement dans notre société ». Pour le ministre, il n’est donc pas  question de perdre de vue cette vision.

En guise d’exemple, le ministre de l’éducation nationale s’est attardé sur la cantine scolaire qui arrive souvent au terme de l’année scolaire. « Quand nous sommes en train d’acheter des vivres et que pour des raisons de procédure, nous sommes en janvier, nous n’avons toujours rien livré, et que les enfants dans les classes sont obligés de faire cours sans manger, nous ne sommes pas en train de faire des résultats, parce que la finalité, ce n’est pas de faire la procédure. La finalité c’est que les enfants aient à manger pour aller à l’école ».

Jean Martin Coulibaly a aussi lancé un appel à la gestion « efficiente » des ressources au service de l’éducation et de la formation de l’enfant.

Oui Koueta

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page