Approvisionnement en eau potable: L’ONEA cherche à se faire comprendre

874 0

L’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA) avoue ne pas être « vraiment compris » malgré tous les efforts qu’elle fait pour répondre à la demande en eau potable des populations. Elle a organisé une conférence de presse sur le site abritant le barrage de Ziga suivie d’une visite guidée dudit barrage au profit des femmes et hommes de médias pour s’appesantir sur les mesures qu’elle envisage pour résorber le déficit d’approvisionnement. C’était ce vendredi 5 février 2016.

Malgré les réalisations en vue d’améliorer la desserte en eau sur l’ensemble des zones couvertes, l’ONEA peine à répondre de manière satisfaisante et définitive aux besoins d’approvisionnement en eau potable des populations des campagnes et surtout des villes reliées à son réseau. Pour Saidou Kafando, directeur régional de Ouagadougou, cela est en partie du à « l’extension incontrôlée de la ville ».

Ce que confirme Lassina Sanou, directeur de l’exploitation de l’institution en ces termes: « Vous savez, dit-il, lorsque la mairie décide d’étendre la ville, de faire des extensions, l’ONEA n’est pas associée ». Conséquence, même dans des zones loties, l’ONEA n’est pas à mesure « techniquement » de répondre au besoin de desserte en eau.

Les animateurs de la conférence de presse. De gauche à droite, Saidou Kafando (directeur régional de Ouagadougou), Lassina Sanou (directeur de l'exploitation) et Ousmane Yaya Bocoum (directeur du projet Assainissement en eau potable de Ouagadougou).
Les animateurs de la conférence de presse. De gauche à droite, Saidou Kafando (directeur régional de Ouagadougou), Lassina Sanou (directeur de l’exploitation) et Ousmane Yaya Bocoum (directeur du projet Assainissement en eau potable de Ouagadougou).

« Obligé », avec en toile de fond le souci de répondre aux besoins des populations qui y logent, l’ONEA y va. « Même si ces personnes seront desservies en eau ne serait-ce que 2 ou 3 heures par jour, nous sommes obligés d’y aller pour diminuer leurs souffrances ».  « On n’est pas vraiment compris dans tout ce que nous faisons », s’est exclamé par la suite Saidou Kafando.

Emplacement. Le déficit d’offre en eau de la ville s’établit à 29 000 m3/j en temps normal et à 47 000 m3/j en temps de chaleur. Les ruptures d’approvisionnement en eau de certains quartiers de la capitale sont dues à leur situation « géographique » (en hauteur ou en bout de réseau), ont confié les animateurs de la conférence.

Ce sont environ une vingtaine de quartiers notamment ceux situés à la périphérie. « C’est la loi de la nature. Mais on ne reste pas sans rien faire », explique Saidou Kafando.

Mesures entreprises. L’augmentation de la capacité de production de la station de Paspanga, la mise en service de 41 anciens forages réhabilités, l’organisation d’une desserte alternée pour s’assurer de l’équilibre de la desserte sur l’ensemble de la ville et le déploiement de 18 équipes de dépannage travaillant 24h/24 sont les mesures entreprises pour répondre aux besoins de la seule ville de Ouagadougou.

Pour les 17 autres villes sur les 55 desservies, l’office de l’eau envisage dans l’immédiat mettre en service 24 forages pour renforcer sa capacité de production. A court terme, ce nombre s’élèvera à 67.

Suivra la création de centre de production au niveau du barrage de Bagré pour la ville de Tenkodogo et de l’alimentation à partir des barrages de Guitty pour Ouahigouya, de Sanghin pour Koupèla/Pouytenga/Boulsa et de Sè pour Guibo.

Que faire ? L’office de l’eau recommande d’appeler le numéro vert (80 00 11 11) en cas de fuite d’eau dans la rue, d’éviter de garder les robinets ouverts pendant la rupture. A ce propos, le directeur de l’exploitation dit ceci : « Pour nous, lorsqu’un compteur a tourné, vous ne pouvez pas nous convaincre que ce n’est pas l’eau qui est passée. Pour éviter des factures qui ne sont pas du tout intéressant, il est indiqué de fermer le robinet ».

Continuant toujours dans les recommandations, l’ONEA conseille d’éviter le gaspillage à travers l’arrosage et le lavage des véhicules, de surveiller de près les installations intérieures, question d’éviter les fuites d’eau et  surtout de faire des réserves d’eau sans pour autant faire du sur-stockage.

Pour y remédier au déficit en eau, l’ONEA a établi un programme de desserve.

Le programme de desserte contenant les heures de début et de fin ainsi que les personnes chargées de répondre aux questionnements des abonnés.
Le programme de desserte contenant les heures de début et de fin ainsi que les personnes chargées de répondre aux questionnements des abonnés.

« Quand on n’a pas beaucoup, si on gère bien, chacun peut avoir un peu. C’est l’esprit de solidarité dans une situation difficile », note Saidou Kafando.

En attendant la finition des travaux d’accroissement (actuellement à 10% d’exécution) du barrage de Ziga II, il est donc demandé à tous d’avoir en tête cet esprit de solidarité.

Oui Koueta

Burkina24


 

1

Une visite guidée du site du barrage a été organisée au profit des journalistes.
Une visite guidée du site du barrage a été organisée au profit des journalistes.



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *