Kofi Annan: le « pillage massif » des pêcheries mondiales «détruit des communautés entières de pêcheurs »

550 0

Le « pillage massif » des pêcheries mondiales «détruit des communautés entières de pêcheurs », a déclaré Kofi Annan à  l’occasion du lancement, le 03 février dernier,  d’une nouvelle initiative mondiale visant à enrayer la pêche illégale.

Dans un message vidéo à la première Conférence internationale de l’Initiative pour la Transparence dans le Secteur de la Pêche (FiTI), le président de l’Africa Progress Panel, Kofi Annan, a d’abord salué une telle initiative tout en soulignant l’importance d’ “actions collectives au niveau mondial” afin de mettre fin aux pratiques de pêche illégales en haute mer.

L’initiative pour la Transparence dans le Secteur de la Pêche est une réponse de haut niveau aux appels lancés par l’Africa Progress Panel et par d’autres voix influentes pour une plus grande impulsion afin de lutter contre la pêche illégale, non réglementée et non déclarée qui a atteint, selon M. Annan, des «proportions épidémiques» en Afrique.

Cette initiative pour la transparence dans les pêcheries vise donc à accroître la volonté politique et la coopération internationale afin d’améliorer la gouvernance, la transparence et la responsabilité dans le secteur de la pêche. Le rapport sur les progrès en Afrique 2014 « Agriculture, pêche et capitaux : Comment financer les révolutions verte et bleue de l’Afrique » montre que notre continent perd des milliards de dollars à cause de la pêche illégale.

L’Afrique de l’Ouest à elle seule perd au moins 1,3 milliard de dollars US par an. Cette activité illégale des chalutiers venus de partout dans le monde pêcher dans les eaux africaines est, de l’avis de M. Annan, un « vol organisé déguisé en commerce ». Cela exige, pour y mettre fin, des « efforts conséquents et soutenus au niveau international ».

 Les pêcheries sont l’une des ressources les plus vitales de la planète. L’océan au large de l’Afrique de l’Ouest est l’une des zones de pêche les plus riches du monde. Il fournit à un quart des Africains de l’Ouest leurs moyens de subsistance. L’Africa Progress Panel appelle à la mise en œuvre d’un régime multilatéral de la pêche qui imposera des sanctions aux bateaux de pêche non-enregistrés  et qui ne déclarent pas leurs captures.

 Il invite également les gouvernements du monde entier à ratifier l’Accord sur les mesures de l’Etat du port, un traité qui vise à empêcher les braconniers de décharger leurs prises illégales dans les ports. Le Panel recommande également des réformes de la règlementation, en l’occurrence plus de  transparence dans les processus d’octroi de permis de pêche.

La coordination internationale est essentielle par-dessus tout, souligne M. Annan: « Ce défi est si grand qu’aucun pays à lui seul ne peut le gérer efficacement. Il n’est pas non plus qu’un problème pour l’Afrique elle seule. Nous avons besoin d’actions collectives à l’échelle mondiale et surtout plus transparence et de responsabilité. Une meilleure gestion des pêcheries augmenterait les prises globales de 20 pour cent, créerait plus d’emplois, assurerait une meilleure sécurité alimentaire et nutritionnelle, et aussi  une plus grande stabilité sociale et politique ».

Présidé par M. Kofi Annan, ancien Secrétaire général des Nations-Unies  et lauréat du Prix Nobel de la Paix, l’Africa Progress Panel(APP) plaident aux plus hauts niveaux en faveur d’un développement équitable et durable en Afrique.

Damien N. SOMÉ

Research Fellow

Chargé de Recherche



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *