Procès Gbagbo/Blé Goudé : Des identités de témoins protégés dévoilées “par inadvertance”

214 0

La Cour pénale internationale (CPI) de La Haye a annoncé, ce samedi 06 février, ouvrir une enquête pour élucider les circonstances qui ont conduit à la révélation par erreur des identités d’au moins quatre témoins protégés au procès de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé. Cette affaire a éclaté au cours de la session à huis clos du vendredi 5 février dernier. La diffusion se serait faite par inadvertance sur la chaîne publique de la CPI.

Sonia Robla, fonctionnaire à la CPI a expliqué que cet incident allait faire “l’objet d’une enquête”. Selon plusieurs médias internationaux, quatre identités ont été dévoilées. Cet incident est le second du genre depuis l’ouverture du procès le 28 janvier 2016.

Le mercredi 3 février, le premier témoin de l’accusation, identifié sous le matricule P547, a lui-même accidentellement dévoilé son nom, selon VOA et AFP.

Le juge Tarfusser avait alors immédiatement mis fin à l’audition non sans oublier d’ordonner aux journalistes de n’aucunement faire mention du nom du témoin. Par mesure de dissuasion, les journalistes présents au tribunal devrait alors communiquer leur nom à des responsables de la sécurité du Tribunal. En effet, la CPI accorde une importance majeure à la protection des témoins dans le cadre des procès.

Pour rappel, MM. Gbagbo et Blé Goudé comparaissent devant la Cour pénale internationale de La Haye pour leurs rôles présumés dans la crise née du refus de l’ex-chef de l’Etat de céder le pouvoir à son rival Alassane Ouattara, reconnu vainqueur de la présidentielle de fin 2010. Ces violences avaient fait plus de 3.000 morts en cinq mois. Ils ont plaidé “non-coupables” à l’ouverture du procès dans lequel ils sont accusés de quatre chefs de crimes contre l’humanité: meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains.

L’actuel président ivoirien, ADO, comme l’on l’appelle affectueusement, aurait souhaité toujours selon des médias internationaux, que ce procès ne puisse pas diviser les Ivoiriens.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre