Risques d’inondation à Ouagadougou: Quelle thérapie ?

« Vulnérabilité et résilience urbaines : Perception et gestion territoriale des risques d’inondation dans la ville de Ouagadougou ». C’est le thème de la thèse du désormais Docteur en Géographie, Assonsi Soma. Il l’a défendu avec succès, le 15 décembre dernier à l’université de Ouagadougou.

« Le thème est d’actualité », a dit l’impétrant. Les risques, de toute nature et les catastrophes qui découlent des inondations et les situations d’urgence qui en résultent et auxquelles doivent faire face de grandes agglomérations urbaines dans la Sous-région comme Ouagadougou ont poussé Assonsi Soma à en faire son sujet de recherche.

Les inondations du 1er septembre 2009 issues de la pluie diluvienne de 263 mm en moins de 12 h, qui a causé de nombreux dégâts dans tous les secteurs d’activités et des pertes en vies humaines dans la capitale, ont constitué le point de déclic pour l’impétrant.

Assonsi Soma cite le changement climatique et l’incivisme dans l’occupation de l’espace comme étant des facteurs concourant à l’augmentation des risques d’inondations dans la capitale burkinabè. Il n’occulte pas non plus le « chassé-croisé » entre croissance démographique et l’étalement spatial sans une véritable politique d’aménagement et de viabilisation de l’espace urbain.

Conséquence de ce mépris, « la ville de Ouagadougou est très vulnérable aux risques d’inondation et manque également de stratégies claires d’adaptation et de résilience, avant, pendant et après une inondation ».

L’impétrant suggère le développement d’un certain nombre d’actions proactives et réactives pour faire face aux risques, aux catastrophes et assurer la résilience des populations face aux inondations. Assonsi Soma préconise une organisation « institutionnelle » et « réglementaire » de la gestion des risques d’inondation, des outils d’aide à la décision et des stratégies et mesures d’adaptation et de résilience pour les populations.

Selon lui, l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan de gestion, d’un observatoire et d’un projet de système d’information géographique sur les zones à risque d’inondation seront d’un apport incommensurable dans la route qui mène vers l’édification de nos villes afin de minimiser les risques.

Présidé par le Professeur Kwami Gabriel Nyassogbo (Université de Lomé) et composé du Professeur Wonou David Oladokoun (Rapporteur, Université de Lomé), du Professeur Ollo Koulanswonté Frédéric Palé (Examinateur, Université de Ouagadougou) et du Professeur Georges Compaoré (Directeur de thèse, Université de Ouagadougou), le jury lui a décerné la mention « très honorable » et l’a fortement incité à poursuivre sa réflexion notamment dans le sens de la recherche opérationnelle et fondamentale.

Synthèse de Oui Koueta

Burkina24

Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page