FESTIMA 2016 : Evènement couplé, 13e édition et 20 ans de ASAMA

814 0

La 13e édition du festival des masques se tient du 27 février au 5 mars 2016 à Dédougou. Les organisateurs de l’évènement se sont entretenus avec la presse ce jeudi 11 février 2016 au Cenasa à Ouagadougou sur les activités s’afférant au festival.  

Le festival international des masques de Dédougou (FESTIMA) organisée chaque 2 ans  par l’association pour la sauvegarde du masque (ASAMA) se célèbre en cette 13e édition sous le signe des 20 ans de l’association (1996-2016). Cadre de rencontre, d’expression et de découverte des masques africains, le festival réunira  55 groupes de masques venus de plusieurs  pays d’Afrique, la Côte d’ivoire, le Bénin, le Togo, le Mali, le Sénégal et le Burkina Faso.

Ces communautés de masques donneront à voir près de 42 spectacles de danses de masques. Comme innovation, une grande parade de 500 masques issus des 50 communautés de masques du Burkina et des 6 pays invités donnera le ton à la cérémonie d’ouverture.

200 chercheurs d’ici et d’ailleurs, à en croire le secrétaire exécutif adjoint de l’association, Ki Léonce,  sont attendus pour les échanges autour du thème de l’édition « Créer les infrastructures de sauvegarde de masque africain ». Cette édition est aussi l’occasion de faire le bilan des 20 ans de l’association au service de la sauvegarde du masque.

L’exposition de cette 13e édition rompt avec la tradition des éditions passées qui veut que seule la tête du masque soit présentée. « Cette année les masques seront exposés dans leur entièreté de la tête aux pieds », explique toujours Ki Léonce tout en soulignant plus loin que, « ces masques par contre sont des copies, il est interdit d’exposer le masque original à causes des aspects sacrés qui l’entourent ».

Quant au marché africain créer pour la circonstance,  il se veut le lieu privilégié de la promotion du patrimoine culturel et de l’artisanat. Dans le sens de toujours encourager les meilleures pratiques de sauvegarde des masques par les différentes communautés, ASAMA innove avec la nuit de la récompense. Il s’agit pour les communautés de décrire la stratégie endogène de sauvegarde et de proposer un projet de sauvegarde des masques. Le meilleur projet sera financé à hauteur de 1 million par l’ASAMA.

Toutefois, les organisateurs rassurent que des mesures sécuritaires sont prises compte tenu du contexte actuel du Burkina Faso pour que le festival se passe sans heurts. A cet effet « les aires de danses habituelles sont délocalisées dans des endroits clos et la population est sensibilisée et mise à contribution »,  foi du secrétaire exécutif adjoint.

Revelyn SOME

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *