Marcel Tankoano : Les « Koglwéogo » sont composées de « bonnes volontés uniquement »

788 3

Le Président du Mouvement du 21-Avril 2013 (en abrégé M21), Marcel Tankoano, était face à la presse dans la matinée de ce jeudi 11 février 2016 à Ouagadougou. La question sécuritaire au Burkina, les « Koglwéogo » et le débat autour du mandat d’arrêt émis contre le président de l’Assemblée ivoirienne, Guillaume Soro, ont été au cœur des échanges. Cette conférence de presse marque le début d’une campagne de sensibilisation des populations sur les enjeux sécuritaires que le mouvement lance.

« L’heure est grave ! », admet le président du M21, Marcel Tankoano. Le Burkina, selon lui, vit des moments préoccupants du point de vue de sa sécurité « à telle enseigne qu’un début de peur a commencé à planer sur nos villes et campagnes ».

Le président du mouvement qui se considère « Toujours avec le peuple ! » explique que les populations sont au fait obligées de protéger ce qu’elles ont comme biens. En tout état de cause, le M21 se dit « persuadé que le meilleur agent de sécurité reste et demeure la population elle-même dont ses encouragements à l’action de sensibilisation entreprise mais qui de notre goût reste encore timorée ».

Quelle que soit, sa bonne volonté, estime M. Tankoano, le gouvernement ne pourra pas mettre derrière chaque Burkinabè, devant chaque école, chaque hôtel, chaque lieu de rassemblement, un ou des agents de sécurité.

DSCN0134

C’est selon lui, face à ce constat que les populations paysannes ont mis en place des « Koglwéogo », du nom de ces structures locales d’autodéfense. « Ces structures sont composées de bonnes volontés uniquement », pense-t-il.

Et comme il ne s’agirait pas de critiquer sans proposer, le mouvement du 21-Avril s’est dit engager à lancer des actions multiformes allant dans le sens de l’information et de la sensibilisation des populations au niveau des villes et campagnes sur les enjeux sécuritaires. La conférence de presse de ce 11 février marque ainsi le lancement de cette campagne.

Par ailleurs, le principal animateur de cette conférence se dit « très réservé quant à la fusion de deux gros départements tels que l’administration territoriale et la sécurité en un seul ministère ».

Concernant l’affaire Soro, il pense qu’il ne doit pas y avoir d’immixtion de la part du gouvernement burkinabè et que la justice doit continuer son travail pour la manifestation de la vérité. « La diplomatie d’accord, mais la justice d’abord ! », a martelé le président du M21. Et de conclure : « On ne peut pas lever le mandat d’arrêt contre Soro. Tout le monde a entendu les écoutes téléphoniques. C’est bel et bien authentique ».


Lire aussi : « Jusqu’à preuve du contraire, nous n’avons pas pu authentifier ces écoutes-là »

Ecoutes téléphoniques : « Nous n’avons pas pu authentifier » (Commissaire du gouvernement)


Noufou KINDO

Burkina 24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *