Sécurité : Les « Koglwéogo » appelés à respecter les droits humains et les procédures judiciaires

553 0

Ceci est un communiqué conjoint des Ministères burkinabè de la Justice, des Droits Humains et de la Promotion Civique, de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité Intérieure et de la Défense Nationale et des Anciens Combattants relatif au phénomène des « Koglwéogo ».

A l’initiative du Ministère de la Justice, des Droits Humains et de la Promotion Civique, s’est tenue le jeudi 11 février 2016, une rencontre de concertation regroupant des représentants du Ministère de la Justice des Droits Humains et de la Promotion Civique, du Ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité Intérieure et du Ministère de la Défense Nationale et des Anciens Combattants.

Cette rencontre a été co-présidée par le Ministre d’Etat, Ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité Intérieure et le Ministre de la Justice, des Droits Humains et de la Promotion Civique, Garde des Sceaux.

Le Ministère de la Défense Nationale et des Anciens Combattants était représenté par le Chef d’Etat-major de la Gendarmerie Nationale. La rencontre avait pour but d’échanger sur les questions liées au phénomène des « Kogléweogo ».

Les participants ont échangé sur les origines du phénomène, ses manifestations, ses conséquences et envisagé des pistes de solutions. Le constat fait de l’existence des « Kogléweogo » est que ce sont des associations spontanées non reconnues légalement, qui répondent toutefois à un besoin réel de sécurité des populations.

En outre, des bonnes pratiques ont été notées dans leurs activités, notamment en ce qui concerne la collaboration avec les Forces de Défense et de Sécurité. Cependant, de graves dérives ont aussi été notées quant aux atteintes aux droits humains et à la pratique d’actes illégaux de police judiciaire.

En guise de solution, il a été préconisé une approche prenant en compte la sensibilisation par la communication dans le sens de les amener à se conformer à la loi, à respecter les droits humains et les procédures judiciaires.

Les participants réaffirment la responsabilité exclusive de l’Etat à assurer la sécurité des populations. A cet effet, toute initiative citoyenne dans ce domaine doit être encadrée par les structures habilitées de sécurité dans le respect de l’autorité de l’Etat.



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *