Burkina : Des magistrats en quête “d’indépendance totale” chez Roch Kaboré

455 4

Deux représentants du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) ont été reçus en audience ce mardi 16 février 2016 à Kossyam par le président du Faso, Roch Kaboré. Il a été question pour eux d’exposer les préoccupations de leur institution.

Ce sont Thérèse Traoré/Sanou, présidente du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) et Souleymane Coulibaly, vice-président de l’institution qui ont été reçus. Ils disent être venus exposer les préoccupations qui ont trait « aux conditions de vie et de travail des magistrats », a informé Thérèse Traoré/Sanou.

Avec la révision des textes, le président du Faso n’est plus président du Conseil supérieur de la magistrature (CSM). Tout porte à croire que l’indépendance de la magistrature est acquise. Mais la présidente du Conseil supérieur de la magistrature relativise : « les textes ont fait la déconnexion, mais dans la réalité, ce n’est pas encore tout à fait le cas au plan matériel et financier ».

Pour exemple, Thérèse Traoré/Sanou explique qu’auparavant, le Conseil supérieur de la magistrature tenait ses rencontres dans la salle polyvalente de la Présidence du Faso, mais aujourd’hui, son institution est « obligée de louer » les locaux, alors que les finances ne sont pas au beau fixe.

A propos de l’indépendance de la justice tant réclamer, la présidente du Conseil supérieur de la magistrature rappelle que « l’indépendance de la magistrature, ce n’est pas au profit des magistrats, mais au bénéfice des justiciables ».

Pour leurs revendications, elle affirme avoir rencontré oreille attentive chez le président du Faso. « Nous sortons confiants de cette rencontre », a-t-elle conclu.

Yannick SAWADOGO

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *