Management de la qualité: 12 lauréats sont sortis des forges de l’IUFIC

669 0

L’Institut universitaire de formations initiale et continue (IUFIC) de l’université Ouaga II a remis ce lundi 22 février 2016 à douze membres de la 2ème promotion formés en management de la qualité et la performance leur parchemin de fin de formation.  

 La « perpétuelle » mutation que connait l’environnement des entreprises est à l’origine de l’instauration d’une formation diplômante par l’Institut universitaire de formations initiale et continue (IUFIC) de l’université Ouaga II.

L’initiative du Certificat en management de la qualité et de la performance est du Pr Balibié Serge Bayala, directeur de l’IUFIC et de l’expertise de Richard Ricouard, expert dans le domaine. De l’avis du directeur de l’institut, le Certificat management de la qualité et de la performance répond certes à un besoin de toute société éprise de qualité et de performance, mais s’illustre surtout par le professionnalisme, l’expertise et l’implication des intervenants.

Le Pr Stanislas Ouaro, Président de Ouaga II, a indiqué que le management de la qualité ne s’adresse pas qu’aux secteurs de la banque, de la santé, de l’industrie. Elle s’applique également au monde de l’administration publique classique et universitaire.

« A l’heure où il est question d’assurance qualité interne dans nos université publiques, nous espérons que l’IUFIC pourra former nos collègues et collaborateurs à la qualité et à la performance », dit-il.

Le présidium lors de la cérémonie d'ouverture
Le présidium lors de la cérémonie d’ouverture

L’expert en management de la qualité, Richard Ricouard a quant à lui cité Jean Baptiste Colbert (colbertisme) dont la théorie sur la démarche qualité au XVIIème a eu une « profonde » influence sur la pensée économique en France.

« Si nos fabriques imposent, à force de soins, la qualité, la qualité supérieure de nos produits, les étrangers trouveront avantage à se fournir en France et leur argent affluera dans les caisses du Royaume », rappelle l’expert.

Le besoin est là                                                

Alexandre Sanfo, président de l’Association burkinabè pour le management de la qualité (ABMAQ), était présent à la cérémonie de remise des parchemins. Il a signifié aux 12 lauréats, que le  pays  a besoin de femmes et d’hommes qui font de la qualité, non un slogan, mais une réalité, d’où l’importance de ce certificat qui doit être un véritable sacerdoce dédié au peuple.

Et comme « la lutte pour la qualité et la productivité est une lutte permanente, qu’il faut mener chaque jour, car la victoire n’est jamais acquise une fois pour toute », Alexandre Sanfo rassure les uns et autres de l’accompagnement des experts de l’ABMAQ aux côtés de l’IUFIC.

Le président de l’ABMAQ a exhorté les lauréats à continuer davantage à se former, parce que « dans la course qui se mène à la qualité, il n’y a pas de ligne d’arrivée ».

Oui Koueta

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *