Paul Kaba Thiéba aux centrales syndicales : « Nous ne sommes pas des adversaires, mais des partenaires »

709 0

Le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a rencontré les centrales syndicales ce mardi 23 février 2016. Annoncer la volonté du gouvernement à instaurer un dialogue permanent avec les syndicats, faire le point sur la situation financière du pays et évoquer les grands axes du gouvernement étaient les points au centre des échanges.

Comme il l’a développé lors de sa déclaration de politique générale, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, en rencontrant les syndicats, est revenu sur les principales orientations de sa gouvernance qui se résument en trois grands axes.

D’abord, « l’institution d’une gouvernance vertueuse en luttant contre la corruption et la fraude », explique Paul Kaba Thiéba. Dans cette lancée, note-t-il, tous les membres du gouvernement ont produit une déclaration de patrimoine. Ensuite, le Premier ministre ambitionne développer le capital humain.

Personnes âgées et indigentes. Sur ce second point, Paul Kaba Thiéba explique aux syndicats la nécessité d’une bonne réforme au sein des secteurs de l’éducation, de la santé et de la formation professionnelle. Il vise ainsi la gratuité des soins d’urgences, des soins de la mère et de l’enfant et pour les personnes âgées et indigentes. Pour l’emploi, le Premier ministre annonce dans les prochaines semaines, le recensement des étudiants avec le niveau baccalauréat en vue de les former pour les injecter dans le domaine de l’enseignement, pour ceux qui le désirent, précise-t-il.

Pour le troisième grand axe, c’est la politique des infrastructures. A ce niveau, un programme d’investissement routier pour désenclaver le pays est annoncé. En sus, le Premier ministre projette la construction d’une centrale solaire de 50 mégawatts.

Déficit budgétaire. Outre ces grandes orientations, le point de la situation financière a été fait aux syndicats. « Le pays est en déficit. On dépense plus que ce que nous avons. Si vous prenez en compte les dons que nous recevons de nos partenaires financiers, le déficit s’élève à peu près à 1,3% du PIB. Mais si on enlève les dons, le déficit budgétaire tourne autour de 8% », a expliqué Paul Kaba Thiéba.


Le Premier ministre dit hériter d’un bilan financier difficile

Burkina 24


Pour plus illustrer la situation financière difficile que son gouvernement hérite, le Premier ministre avance que les salaires des fonctionnaires combinés aux charges de fonctionnement de l’Etat représentent 94% des recettes fiscales. Toute chose, selon lui, qui ne facilite pas l’investissement.

Pour les engagements pris par le gouvernement de la Transition, Paul kaba Thiéba, « au nom de la continuité de l’Etat, ne les reniera pas », rassure-t-il, même si certaines décisions n’ont pas été budgétisées, laissant de ce fait un bien lourd poids à supporter pour le nouveau gouvernement.

Assiduité et ponctualité. Les centrales syndicales après avoir écouté religieusement les projets du Premier ministre, par la voix du Président de mois, Augustin Blaise Hien, disent « attendre de voir ».  Outre les revendications ayant trait aux finances, les syndicats disent réclamer également plus de liberté dans leurs actions. « Nous voulons avoir notre rôle de critique », a demandé le Président de mois des centrales syndicales.

Dans ces échanges, le premier ministre a exhorté les délégués syndicaux à sensibiliser les travailleurs pour plus d’assiduité et de ponctualité. « Nous ne sommes pas des adversaires, mais des partenaires », a-t-il lancé avant de conclure en rassurant la partie syndicale : « ne doutez jamais de la volonté du gouvernement de travailler pour sortir le pays de la pauvreté ».

Yannick SAWADOGO

Burkina 24



Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *