Pr Serge Bayala : « Un autre CENOU … est possible »

552 0

Le Directeur général du Centre national des œuvres universitaires (CENOU), Pr Serge Bayala, a convié la presse ce lundi 22 février 2016 à Ouagadougou, non « pas pour une affaire de crise », mais plutôt pour « annoncer une bonne nouvelle ». Le CENOU et les nombreuses associations estudiantines à caractère syndical semblent enfin décidés à fumer le calumet de la paix. Au menu des échanges avec les journalistes, le lancement d’un document bilan intitulé : « Une année de reformes au CENOU et un agenda pour 2016 ».

Le doc de 19 pages retrace les acquis engrangés par l’institution en 2015 et comporte les grandes lignes de quelques principaux défis à relever courant l’année 2016.

Le CENOU a pendant longtemps connu des crises récurrentes liées à des questions de gouvernance. Mais tout porte à croire que le contexte sociopolitique et économique de l’année 2015 au Burkina a imposé et inspiré un certain nombre de reformes hardies en vue d’assainir la gestion administrative et financière de l’établissement.

Les résultats auxquels est parvenue l’actuelle équipe dirigeante laissent estimer que l’image longtemps véhiculée de l’institution est loin d’être une fatalité, mais mieux encore, selon les mots du DG, qu’un « nouveau CENOU est possible ». Dans le but de situer l’opinion publique sur cet élan de reformes, le DG du CENOU, Pr Serge Balibié Auguste Bayala, a animé une conférence de presse ce 22 février à Ouagadougou.

2015 a été l’année du début des reformes dans tous les compartiments et pratiques du CENOU. Ce besoin de changements de comportements a provoqué plusieurs crises qui avaient pour motifs apparents entre autres le renouvellement des contrats des prestataires, l’amélioration de la qualité dans les restaurants universitaires (RU), l’augmentation du nombre de plats dans les RU, la construction de restaurants et cités universitaires supplémentaires, l’occupation illégale des chambres en cités, etc.

Serge Bayala pense que ces crises puisaient leurs sources dans les réformes engagées et que celles-ci n’ont pas entaché la mise en œuvre desdites reformes.

Serge Bayala, DG du CENOU

Mais quel regard rétrospectif sur les résultats et quel agenda pour 2016 ?

Pour répondre à ces questions, un livret qui se veut « transparent » a été conçu à l’attention de toutes les parties prenantes, en particulier les étudiants et les tutelles en guise de plaidoyer.

Le DG du CENOU a révélé qu’un « nouveau paradigme managérial » a été adopté et que les résultats, « loin d’un satisfecit », peuvent quand bien même convaincre qu’un « autre CENOU dans lequel transparence et bonne gouvernance se côtoient est possible ». Ce changement de paradigme, à l’écouter, a permis de responsabiliser les acteurs, rationaliser et moderniser la gestion des œuvres universitaires.

« La mise en place du comité de trésorerie, la prise en compte des contrôleurs de restaurants, l’amélioration de la production des documents de gestion, la recherche de solutions non conflictuelles dans les litiges, l’amélioration du contrôle dans les restaurants, un besoin de financement maitrisé en 2015, un règlement partiel de la dette lié à une subvention exceptionnelle et à la maîtrise des charges en 2015, la normalisation du CODE, la remise en route du sport et de la culture en milieu universitaire, la subvention plus structurée aux associations estudiantines » font partie des 12 résultats remarquables réalisés en 2015, foi de M. Bayala.

En guise d’agenda pour 2016, il a annoncé que le CENOU compte approfondir sa gouvernance administrative et financière, rationaliser et moderniser davantage cet établissement public.

Noufou KINDO

Burkina 24


Lire aussi : Pr Serge Bayala : “Je partirais la conscience tranquille”




Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *