Bobo : La prochaine mise en eau du barrage de Samandeni fait des mécontents

664 0

Le Cadre de concertation des populations affectées par la construction du barrage de Samandeni a exprimé son mécontentement par rapport à l’étude de mise en eau dans le barrage. C’était dans la matinée du jeudi 25 février 2016.

La mise en eau du barrage de Samandeni en juin 2016 est considérée comme « politique précipitée et suicidaire » pour les populations riveraines de Samandeni. Elles se sont regroupées en un Cadre pour s’opposer à cette décision.

Elles se sont mobilisées, le jeudi 25 février 2016 à Bobo-Dioulasso pour initier une marche afin de demander le départ du coordinateur du Programme de développement intégré de la vallée de Samandeni (PDIS), le colonel major Tamoussi Bonzi, la restitution des indemnités des villageois et s’opposer à la mise en eau du barrage.

La marche a débuté aux environs de 9 heures 30 minutes, depuis la place Tiéfo          Amoro, passant par la rue de la République afin de remettre la doléance au gouverneur de la région des Hauts-Bassins.

A entendre, le Président du Cadre de concertation, Raman Abou Ouattara, cette mobilisation a pour but de démontrer à l’opinion nationale et aux autorités que la mise en eau du barrage de Samandeni en juin 2016 est carrément impossible.

Prêtes à aller en justice. Au cours de la marche, les populations ont demandé la restitution de leurs indemnisations.

« Nos indemnisations ont été au payées au rabais comparativement à ce qui se passe dans les zones de la même envergure au Burkina Faso et le pays n’est pas géré à géométrie variable. Comment comprendre qu’il y’a des zones ou on paye le manguier à 84 000 F CFA et chez nous, on paie à 8 600 F CFA ?», s’interroge Abou Ouattara.

Pour eux, cela démontre qu’ils ont été exploités. Les manifestants ont affirmé qu’il y a un référentiel. « Nous allons bientôt disposer de ce texte pour aller en justice contre le PDIS », ont-ils ajouté.

Digue de Banzon considérée suicidaire. Autre problème, selon les populations riveraines, Banzon, village riverain du barrage, a une population de près de 20 000 habitants qui devraient être protégés par une digue. « Avant même la mise en eau du barrage, la digue a cédé et elle est inefficace. Si le barrage est mis en eau, c’est la vie de toute une population qui est en danger. C’est pourquoi nous estimons que c’est un scandale », a précisé le Président du cadre de concertation des villageois.

Sidiki TRAORE

Correspondant Burkina 24 à Bobo-Dioulasso



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *