Ouagadougou : La Police municipale abat 41 chiens errants

Jusqu’au 14 mars 2016, tout chien rencontré sans accompagnant et en laisse dans la ville de Ouagadougou devrait passer de vie à trépas si ses pattes et un brin de chance ne lui permettent pas d’échapper aux plombs et aux gourdins qui lui sont réservés. C’est dans le cadre d’une opération de la Police municipale dont les raisons sont principalement sanitaires. L’opération a débuté dans la matinée de ce jeudi 25 février.

Ce sont actuellement des centaines de chiens faméliques qui hantent les rues de Ouaga, se déplaçant en groupes bruyants et se repaissant de détritus autour des bacs à ordures.

Ces « chiens sans propriétaires », d’une saleté repoussante, ne reçoivent aucun soin et deviennent des vecteurs de toutes sortes de maladies dont la plus terrible est la rage qui représente un risque mortel pour l’être humain.

Le nombre de chiens errants est en croissance rapide dans la ville de Ouaga. Et si leur nombre augmente, les ressources à leur disposition restent les mêmes et la lutte entre ces animaux pour se nourrir devient de plus en plus féroce, développant leur agressivité qui les pousse très souvent à s’en prendre aux humains, avec le risque de transmission de maladies que cela implique.


(VIDEO) : Tout a commencé avec un brin de parenté à plaisanterie

Burkina24


Les autorités du pays signalent que les hôpitaux sont « pleins de cas de morsures de chiens ». Leur abattage pourrait donc également contribuer à sensibiliser la population à la « bonne garde » de leurs « plus fidèles compagnons ».

De 6h 30 minutes à 12h ce jeudi 25 février, sur 44 tirs, 41 chiens errants ont été abattus notamment dans les Arrondissements 1, 2 et 6 de la Capitale burkinabè. « 3 tirs ratés sur 44, c’est l’excellence », juge le Directeur général de la Police municipale, Clément Ouongo.

Les chiens abattus seront incinérés le même jour…

Il reconnaît que c’est une opération à haut risque même si aucun incident n’a été jusque-là enregistré. Le tireur du jour était un civil (Pierre : NDLR). Il est accompagné par des éléments de la Police municipale et d’autres civils.

« Il y a toujours des passants curieux qui veulent s’arrêter pour regarder… Des dispositions sont bien sûr prises pour que l’opération se déroule bien », confie le Commandant de la Police municipale. Il pense également que si l’on commence à abattre les chiens errants à Ouaga, c’est sûr que dans les autres villes notamment à Bobo-Dioulasso, le même mot d’ordre sera suivi.

Le Directeur général de la Police municipale, Clément Ouongo.
Le Directeur général de la Police municipale, Clément Ouongo.

La 2e phase de l’opération consiste à incinérer les chiens abattus. Ce sera dans la soirée de ce 25 février vers Yimdi, à la sortie Ouest de Ouaga. Rendez-vous a été pris pour le lendemain 26 février pour la suite de l’opération d’abattage des chiens errants.

Pour rappel, la rage est une maladie virale grave touchant les mammifères dont les humains. Elle est causée par un virus qui provoque une encéphalite. La rage est une zoonose assez commune qui touche surtout les carnivores. Les symptômes sont nerveux. Parfois une agressivité bien qu’il existe aussi des formes plus frustes où le malade est particulièrement calme.

Lorsqu’une personne est mordue, elle doit se faire consulter immédiatement dans un centre de santé afin de se faire administrer le sérum antitétanique et le vaccin antirabique.

Noufou KINDO

Burkina 24


Portfolio :

téléchargement4 téléchargement2

téléchargement5




Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page