Présidentielle au Niger : L’opposition nigérienne appelle l’Etat ivoirien à la rescousse

560 0

Dans un entretien accordé à l’APA, les militants de l’opposition nigérienne de la diaspora ont sollicité l’Etat de Côte d’Ivoire pour ‘’sécuriser le 2è tour de l’élection présidentielle’’ à Abidjan afin d’éviter des ‘’dérapages’’. Cette déclaration a été faite par le président de la Coordination de Côte d’Ivoire du Mouvement démocratique nigérien pour une fédération africaine (MODEN-FA LUMANA), El Hadj Soumana Yacouba.

Soumana Yacouba estime que « tous les partis de l’opposition sont unanimes à reconnaître que lors du premier tour, le 21 février dernier, on a frôlé la catastrophe à Abidjan tant les failles dans l’organisation et le déroulement du scrutin donnaient la part belle au parti de Mahamadou Issoufou, le candidat sortant”, s’est-il insurgé.

Il a ajouté que pour «assurer une victoire au premier tour du président candidat », l’Ambassade de son pays a  « refusé les forces de l’ordre pour sécuriser les lieux de vote, ouvrant, ainsi la voie libre à tous les abus dont le vote multiple des militants du parti au pouvoir, le bourrage des urnes et l’empêchement des militants de l’opposition d’accomplir leur devoir de citoyen nigérien ».

« Si l’ambassade remet le couvercle, il y aura des risques de dérapage car nous n’accepterons pas que nos militants soient empêchés de voter », a averti le représentant de l’opposant Hama Amadou détenu en prison et qui a recueilli 17,41 % au 1er tour du scrutin présidentiel nigérien. Il affrontera au second tour du 20 mars prochain, le président sortant, Mahamadou Issoufou crédité de 48% des suffrages.

A l’instar des autres membres de l’opposition nigérienne, El Hadj Soumana Yacouba, demande à maintenir la ‘’pression” sur le président Mahamadou Issoufou pour libérer Hama Amadou, 66 ans et ancien président de l’Assemblée nationale (2011-2014). Il a été inculpé depuis le 14 novembre 2014, dans une affaire présumée de trafic d’enfants.

La libération d’Hama Amadou devrait lui permettre de ‘’battre campagne comme lui sur le terrain”, a conclu El Hadj Soumana Yacouba.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU/Burkina24

Source: APA



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *