Mamadou Dramé: « Je suis et je resterai un pur produit africain »

656 0

Mamadou Dramé est l’un des jeunes pionniers des nouvelles technologies dans l’éducation sénégalaise. Il est le fondateur de Digital School Technologies, seule entreprise de la région spécialisée dans l’implémentation de logiciels d’éducation et de plateformes de formation en ligne dans les universités. Il préfère bâtir sa propre version de la  « Silicon Valey » en Afrique que de rejoindre la firme américaine.   

Mamadou Dramé  est passionné de deux choses: les ordinateurs et l’Amérique. Elles se résument aux luttes sociales de Martin Luther King et de Malcolm X, mais aussi celle de l’innovation technologique de Bill Gates et de Steve Jobs.

« J’étais attiré par le modèle éducatif américain qui mettait en avant les compétences plutôt que la théorie. Je voulais créer, et il me semblait que les Etats-Unis étaient la seule terre d’opportunité qui me le permettrait. Dans mon entourage, on me prenait pour un fou mais j’étais convaincu que là-bas, je pourrai  trouver d’autres fous comme moi », explique-t-il.

L’archaïsme de la bureaucratie lui a mis plein la vue lorsqu’il était étudiant. De cette frustration est née une révélation. « Pourquoi, dans un pays au système éducatif avancé comme le Sénégal, le virage informatique et technologique avait-il été manqué ? se questionne-t-il. Je me suis dit qu’il y avait ici une faille que je pourrais  combler ».

Cette faille, il a fini par la combler. En 2008, pour faciliter l’insertion professionnelle des diplômés, il lance le premier réseau social de son école. Nommé Asema, il permet aux étudiants de se réunir dans une communauté en ligne et d’accéder à des offres d’emploi.

« La programmation est le langage de demain, mais presque personne ne l’enseigne en Afrique », déclare le pionnier en informatique. Son rêve à lui, c’est de créer un nouveau concept d’école où, après le BAC, les jeunes viendront se former  à court terme sur des métiers.

Il compte bien le réaliser, parce qu’il en a « marre de voir des cursus qui forment pendant des années des ingénieurs en informatique qui sont ensuite incapables de créer quelque chose de potable parce qu’on a trop privilégié la partie technique au détriment de la partie managériale et créative ».

Mamadou Dramé compte étendre son projet depuis Dakar au reste de l’Afrique. Il a déjà réussi à le faire dans des écoles et pour des clients au Niger, au Burkina Faso, au Cameroun et lancé une filiale dans son pays la Côte d’Ivoire. « Je ne veux pas créer une entreprise pour un seul pays, dit-il. Dans le business de l’éducation en Afrique, un pays, ce n’est pas un marché. Car on n’y trouvera que quinze à vingt écoles et universités ayant les moyens d’investir dans l’innovation technologique ».

Quitter le continent, il n’y pense pas

Pour Mamadou Dramé, son avenir professionnel ne se trouve nulle part ailleurs. Sa base à lui, c’est l’Afrique. Il y a tout appris et il y demeurera. « L’Afrique m’a donné de bonnes études, un travail qui me passionne et de belles opportunités. J’envisage un avenir mondial à mes projets, mais pour rien au monde, je ne veux vivre en Amérique ou en Europe ! Je suis et je resterai un pur produit africain ».     

Oui Koueta

Burkina24

Source: lemonde.fr/afrique



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Burkina : L’appel du MJP

Posté par - 5 avril 2016 0
Ceci est une déclaration du Mouvement des jeunes pour la paix (MJP) sur la situation nationale. Chers compatriotes, Ces derniers…

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *