Agents indélicats à Yalgado Ouédraogo : « Le directeur doit faire des investigations pour attraper ces personnes », Hamadi Konfé

La marche du Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA) de la sous-section du Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo de Ouagadougou (CHU-YO) qui devait avoir lieu ce vendredi 11 mars 2016 en direction du ministère de la santé n’aura pas lieu. A cet effet, Burkina 24 a joint le secrétaire général dudit syndicat, Hamadi Konfé qui revient sur les raisons.

Burkina 24 (B24) : La marche de votre syndicat sur le ministère de la santé n’aura pas lieu. Qu’est ce qui explique cela ?

Hamadi Konfé (HK) : Avant-hier soir, (mercredi 9 mars, ndlr), nous avons eu une rencontre de négociation avec le ministre de la santé et une délégation de la direction de l’hôpital conduite par le directeur. Ces négociations ont permis  que le ministre donne des instructions fermes à la direction pour le règlement d’un certain nombre de points. D’autre part, des engagements ont été pris pour la résolution des revendications.  

Comme on le dit, un agent de santé ne va jamais en grève de gaité de cœur. C’est pourquoi nous avons patienté avant de lancer notre mouvement. Maintenant qu’il y a eu des instructions fermes, nous allons encore mettre le gouvernement et la direction de l’hôpital à l’épreuve. Nous avons ensemble décidé de surseoir à la marche.


Suivre la réaction de Robert Sangaré, directeur de l’hôpital Yalgado Ouédraogo

Burkina 24 


B24 : Est-ce que dans l’immédiat, certains des points de vos revendications seront mis en œuvre ?

HK : Des instructions fermes ont été données à l’administration de l’hôpital, nous attendons. Nous avons suspendu notre mouvement et nous attendons. En principe, la mise en œuvre de ces instructions doit commencer. Pour le moment, nous ne pouvons pas vous donner la garantie que demain ou après-demain, ce sera fait.

B24 : Lors de la rencontre avec la presse, concernant la gestion du matériel, le directeur de l’hôpital a pointé du doigt certains agents indélicats qui inventent des pannes afin d’envoyer les patients dans le privé pour avoir des ristournes. Que répondez-vous à cela ?

HK : Nous sommes entièrement d’accord avec monsieur le directeur. Si je dis entièrement d’accord, c’est qu’on ne nie pas. Mais en tant que directeur, s’il avance cela, c’est qu’il a des preuves. Un directeur ne parle pas au hasard. S’il a des preuves et qu’il ne fait rien, c’est que lui-même est complice.

Lire aussi, HÔPITAL YALGADO OUÉDRAOGO : LE PERSONNEL EN GRÈVE

Nous voulons qu’il nous donne les preuves et au besoin même qu’il sanctionne. Notre syndicat est contre le trafic. Un autre problème est survenu et nous sommes en train de gérer. C’est par rapport à la gestion du mouvement de grève par la direction. Le directeur aurait fait des déclarations fracassantes. On ne devance pas l’iguane dans l’eau, mais on est en train de gérer cela.

B24 : Est-ce que la réaction du directeur peut déboucher sur une autre grève ?

HK : Bien sûr. Ce que le directeur a dit, nous ne nions pas cela. S’il y a vraiment des gens indélicats, nous n’encouragerons jamais cela. Au contraire, nous le dénonçons. Le directeur doit faire des investigations pour attraper ces personnes. La lutte contre l’impunité commence par là.

B24 : Dans votre plateforme, vous avez revendiqué la prise en charge de tout le personnel de l’hôpital Yalgado Ouédraogo ainsi que vos descendants et ascendants. Le directeur a trouvé cela irréaliste. Avez-vous trop demandé ?

HK : Les ascendants pour nous c’est le papa et la maman. Les descendants, ce sont les enfants et aussi l’époux ou les épouses. Eux, ils ont compris que c’est toute la famille élargie. Ici, on ne discute pas en termes de moyens, mais de droits. Le kiti sur les exonérations est clair et concerne les agents de santé, leurs ascendants et leurs descendants, leur époux et leurs épouses. Le kiti nous en donne le droit. S’il n’a pas les moyens, qu’il fasse réviser le kiti.

Si c’est révisé, nous allons prendre acte et voir ce qu’il faut faire par rapport à cela. Mais en attendant, il est là et nous pensons qu’il faut l’appliquer.

Propos recueillis par Yannick SAWADOGO

Burkina 24



Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page