MPP/Kossi : Des suspensions qui créent la discorde

371 0

Des lettres de suspension datées du 25 février 2016 et cosignées par le secrétaire général du MPP/Kossi Boubacar Traoré et le député Maxime Koné ont été remises le vendredi 11 mars 2016 à Alexandre Goussa et Rachid Ouedraogo, respectivement secrétaire général adjoint et responsable à la jeunesse au sein du parti. Les premiers incriminent  et les seconds  ne manquent pas d’arguments pour se défendre.

Le sujet qui fait débat au sein du MPP/Kossi, c’est la suspension de deux militants influents du parti, en l’occurrence Alexandre Goussa, secrétaire général adjoint et Rachid Ouédraogo, chargé à la jeunesse.

Une décision qui suscite des interrogations auxquelles le deputé Maxime Koné répond : « J’étais directeur provincial de campagne lors des élections présidentielles et législatives et pendant cette campagne les deux camarades incriminés ont tenu des conduites qui violent les principes du parti notamment en battant campagne pour nos adversaires parce qu’ils n’ont pas été retenus sur la liste. Nous avons plusieurs témoignages de militants.

C’est donc pour ne pas ouvrir une porte à l’anarchie lors des municipales à venir que nous avons décidé de les suspendre sur la base d’un rapport que j’ai fourni. Pour le cas du sieur Goussa, nous l’avons aperçu à des meetings d’autres partis sous prétexte qu’il est correspondant (d’une radio, ndlr). . Nous pensons que c’est grave de la part d’un secrétaire général adjoint du MPP/Kossi ».

Ces arguments sont battus en brèche par les mis en cause qui voient là une manœuvre pour les écarter des élections municipales. Alexandre Goussa ne comprend pas pourquoi cette décision tombe à seulement deux jours de la clôture du dépôt des candidatures pour les élections municipales. Il regrette cette décision qui est de nature à remettre en cause la cohésion et l’unité tant prônées par le MPP.

Très remonté, prêt à jurer sur le coran pour témoigner sa fidélité au MPP, Rachid Ouédraogo, fils du défunt grand marabout de Nouna, visé par la suspension, nous a confié que ce sont les militants de son quartier qui ont déjà porté leur choix sur lui comme candidat aux municipales. Voici ce qu’il a dit :

« C’est Goussa et moi qui avons été les premiers à implanter le MPP dans la Kossi. Donc il est hors de question que quelqu’un qui prétend être plus fort que nous nous suspende ».

C’est dans ce climat tendu qu’est arrivée la mission du bureau politique national. Composée de quatre membres, la délégation conduite par le ministre de l’habitat et de l’urbanisme, Maurice Bonanet, a préféré traiter la question des suspensions à huis clos et selon les conclusions qui nous ont été rapportées, il a été demandé de sursoir à la note de suspension car ne respectant ni la forme, ni la procédure prévue dans les textes du parti.

Boureima Badini La Ruche

Correspondant de Burkina24 à Nouna

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre