Violences faites aux femmes : Amnesty « expose » des héroïnes

337 0

Amnesty Burkina a célébré le 8-Mars en différé au Lycée Yiguia à Ouagadougou. A travers une exposition photo de femmes témoins, victimes ou luttant contre les violences faites aux femmes, l’ONG veut apporter sa pierre au combat pour la préservation des droits de l’autre moitié du ciel.

Ce sont douze femmes dont le portrait a été exposé sur le mur de l’amphithéâtre du Lycée Bangré Yiguia à Ouagadougou, ce 13 mars 2016. Ces femmes sont des témoins des violences faites à leurs sœurs, des victimes ou des aides qui essaient d’apporter soutien et confort à ces infortunées.

Leila Alaoui et Mahamadi Ouédraogo, fauchés le 15 janvier, figurent parmi les portaits
Leila Alaoui et Mahamadi Ouédraogo, fauchés le 15 janvier, figurent parmi les portraits

Amnesty Burkina voulait exposer plus de portraits de femmes des quatre coins du Burkina avec les photographes Sophie Garcia, Nick Loomis, Leila Alaoui. Mais les attentats du 15 janvier 2016 sont passés par là, fauchant la dernière citée, de même que son chauffeur, Mahamadi Ouédraogo (il a été chauffeur au Lycée Yiguia).

Les portraits des deux victimes figurent ce dimanche aux côtés des autres héroïnes. «On essaie de donner un peu plus d’élan à leur travail  qu’ils n’ont pas pu terminer», explique Rosine Soubeiga, présidente du bureau national d’Amnesty international Burkina Faso.

Rosine Soubeiga, présidente du bureau d'Amnesty Burkina
Rosine Soubeiga, présidente du bureau d’Amnesty Burkina

Cette exposition photo est faite dans le cadre de la Campagne « Mon corps, mes droits », qui sera lancée par Amnesty International au Burkina, en avril 2016. Le choix du « Pays des Hommes intègres » se justifie, indique Rosine Soubeiga, par le fort taux de mariage précoce et forcé. Le pays se classe en effet à la septième place sur le plan mondial avec plus de la moitié des femmes qui sont mariées avant l’âge de 18 ans.

Les clichés représentent des femmes qui luttent contre ces violences à travers, entre autres, des centres d’accueil pour filles violées, victimes de mariages précoces ou forcés, ou porteuses de grossesses dites indésirées. Il s’agit aussi des victimes elles-mêmes.

Des photos d'héroïnes faites par Leila Alaoui, deux jours seulement avant le drame du 15 janvier
Des photos d’héroïnes faites par Leila Alaoui, deux jours seulement avant le drame du 15 janvier

Cette exposition a été faite avec l’Association des femmes du groupe scolaire Bangré. De l’aveu de Rosine Soubeiga, d’autres expositions auront lieu dans d’autres lycées du pays afin d’amplifier le message.

Abdou ZOURE

Burkina24

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre