Allaitement maternel exclusif : Un bon départ pour la vie !

563 0

Le Club des journalistes et communicateurs en nutrition et sécurité alimentaire a organisé, en collaboration avec la Direction de la Nutrition, une caravane de presse du 15 au 17 mars 2016 dans les Régions de la Boucle du Mouhoun et du Centre-Ouest à l’occasion de la célébration en différé de la Semaine Mondiale de l’Allaitement Maternel (SMAM). Au cours de cette sortie, les journalistes ont pu se rendre compte de l’état de l’allaitement maternel dans ces Régions et rencontrer différentes personnalités, ONG et Associations œuvrant dans ce domaine.

L’allaitement maternel, joie ou contrainte du maternage, est une préoccupation internationale de santé publique, selon l’UNICEF et l’OMS qui apportent leur soutien à la Semaine Mondiale de l’Allaitement Maternel dans le but de combattre la malnutrition. L’allaitement maternel est même très souvent considéré par certains acteurs comme l’un des meilleurs investissements en matière de protection de l’environnement.

Car le lait maternel se digère mieux et plus vite que le lait en poudre qui nécessite d’ailleurs des emballages. Il est tout à fait adapté au système digestif de l’enfant. Le lait maternel protège le bébé contre les infections, contient de nombreux facteurs de protection qui aident le bébé à mieux se défendre contre certaines infections, même quelques mois après le sevrage (24 mois).

Il faut savoir aussi que le sport ne pose aucun problème à l’allaitement. Il est démontré que l’exercice physique n’a pas d’effet négatif sur la qualité et la quantité du lait maternel et donc sur la croissance de l’enfant, mais certains aliments ou boissons sont à éviter pendant l’allaitement.

Formation d'agents de santé et animatrices à Dédougou.
Formation d’agents de santé et animatrices à Dédougou.

Zoom sur les 1.000 jours pour prévenir la malnutrition…

La malnutrition est une maladie meurtrière se manifestant généralement par une diarrhée sévère. Elle n’est pas transmissible, et pourtant, Mère malnutrie égale Bébé malnutri. Pour prévenir la malnutrition, le système sanitaire notamment dans les zones à risques du Burkina essaie d’impliquer et informer les familles sur la bonne nutrition de la femme enceinte et/ou allaitante et de l’enfant pour leur inculquer le sens du réflexe de la mise au sein précoce (Allaitement maternel exclusif jusqu’à 6 mois).

Les agents de santé, ONG et Associations travaillent aussi au contrôle et suivi systématique de l’état nutritionnel de la femme enceinte et de la mère, à l’utilisation optimale des intrants nutritionnels disponibles. La période d’avant-grossesse, l’allaitement maternel exclusif sans eau ni biberon (enfants de 0 à 6 mois) et l’alimentation maternelle (enfants de 6 à 23 mois) constituent donc les 1.000 jours cruciaux de la vie contribuant à réduire la mortalité infanto-juvénile.

Pour mieux saisir l’état des lieux dans les Régions où la malnutrition est élevée, le Club des journalistes et communicateurs en nutrition et sécurité alimentaire s’est rendu dans la Boucle du Mouhoun et dans le Centre-Ouest.

Les Hommes de médias ont pu rencontrer entre autres le Directeur régional de la santé de la Boucle du Mouhoun, Dr Robert Karama, le Médecin Chef du District de Dédougou, Biessan Yaro, la Chargée de la santé de la mère et de l’enfant de l’ONG EUMC (Entraide universelle mondiale du Canada), Dr Antoinette Valian, Rufine Kantiono de l’ONG Terre des Hommes et Joëlle Thombiano, Médecin au Centre médical urbain de Dédougou.

Le Directeur régional de la santé de la Boucle du Mouhoun, Dr Robert Karama (à gauche) et le Médecin Chef du District de Dédougou, Biessan Yaro.
Le Directeur régional de la santé de la Boucle du Mouhoun, Dr Robert Karama (à gauche) et le Médecin Chef du District de Dédougou, Biessan Yaro.

« Des efforts salutaires ont été fournis dans la Région mais le véritable problème réside toujours au niveau des femmes qui travaillent », note Dr Jean L. Sanon, pédiatre au Centre hospitalier régional qui juge nécessaire d’augmenter le taux de pratique de l’alimentation minimale acceptable chez les enfants de 6 à 23 mois de 3,5% en 2012 à au moins 30% en 2025 et réduire considérablement le retard de croissance chez les moins de 25 mois.

Au niveau de la Région du Centre-Ouest, des études de 2014 ont montré que 75,7% des enfants ont reçu le colostrum (Liquide très nutritif de la première lactation maternelle après l’accouchement) et que la proportion d’enfants de moins de 6 mois ayant bénéficié de l’allaitement exclusif est de 34,%. Egalement des avancées, mais les indicateurs restent toujours en deçà des attentes, selon le Directeur régional de la santé du Centre-Ouest, Seydou Barro.

Il tient, tout comme les intervenants précédents, au concept de protection des 1.000 premiers jours cruciaux de la vie pour une croissance plus saine de l’enfant et pour une meilleure santé de la mère. Il salue l’engagement de tous les acteurs et les appelle à continuer dans ce sens.

Les journalistes ont également rencontré à Koudougou l’Administratrice et Logisticienne de l’ONG italienne Medicus Mundi (Médecins du monde), Erika Godano. L’ONG travaille à l’appui de la gratuité des intrants, à la formation des agents de santé et animatrices dans les CSPS et à la production de farine infantile.

Erika Godano, Administratrice et Logisticienne à l'ONG italienne Medicus Mundi.
Erika Godano, Administratrice et Logisticienne à l’ONG italienne Medicus Mundi.

Séance tenante, les caravaniers, conduits par l’Assistant-Culture, Victor Nana ont visité la ferme spiruline Nayalgué Annexe du Petit Séminaire de Koudougou. La spiruline, du nom de cette algue bleue microscopique très riche en protéines, constitue un complément alimentaire pour tout âge.

Article mis à jour le 18 mars

Il faut noter que c’est ce jeudi 17 mars 2016 dans le Sanguié que le Burkina Faso à l’instar des autres pays du monde a célébré en différé à Réo, la SMAM 2015, autour du thème : « Allaitement et travail… Tous au boulot ! » afin de simplifier la conciliation parentalité et travail.

Cette commémoration vise donc à mobiliser tous les acteurs concernés pour permettre aux femmes qui le souhaitent de travailler et d’allaiter, informer les populations sur les bénéfices de l’allaitement maternel, inciter les employeurs, tous secteurs confondus du public et du privé, à mettre en œuvre la législation relative à l’allaitement au travail pour permettre aux femmes qui le souhaitent de poursuivre leur allaitement au-delà de la reprise du travail.

La SMAM 2015 vise aussi à impliquer davantage les médecins du travail, les représentants du personnel, les syndicats, les comités d’entreprises, à protéger le droit à l’allaitement dans le milieu du travail, garantir le soutien du projet parental d’allaitement par les professionnels de la petite enfance quel que soit le mode de garde, sensibiliser la sphère politique, le monde du travail et l’opinion publique sur ce sujet.

Noufou KINDO

Burkina 24


Photothèque :

Aperçu de la Ferme Spiruline Nayalgué Annexe du Petit Séminaire de Koudougou.
Aperçu de la Ferme Spiruline Nayalgué Annexe du Petit Séminaire de Koudougou.
Rufine Kantiono de l’ONG Terre des Hommes.
Rufine Kantiono de l’ONG Terre des Hommes.
Joëlle Thombiano, Médecin au Centre médical urbain de Dédougou.
Joëlle Thombiano, Médecin au Centre médical urbain de Dédougou.
Seydou Barro, le Directeur régional de la santé du Centre-Ouest.
Seydou Barro, le Directeur régional de la santé du Centre-Ouest.

 

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre