Burkina : En savoir plus sur la fièvre hémorragique de Lassa

182 0

La fièvre hémorragique Lassa est aux portes du Burkina. Elle est transmise par des rongeurs, notamment les rats. Dans ce message, le ministère burkinabè de la santé donne plus de détails sur cette maladie et les moyens de la prévenir.

Le virus de Lassa se transmet à l’homme par contact avec des aliments ou des articles ménagers contaminés par l’urine ou les excréments de rongeurs du genre Mastomys, communément appelés « rats à mamelles multiples » qui sont des porteurs sains du virus.

La transmission interhumaine et en laboratoire se produit également, en particulier dans les hôpitaux où les mesures de prévention et de lutte anti-infectieuse laissent à désirer.

La fièvre de Lassa est une fièvre hémorragique virale aiguë d’une durée d’une à quatre semaines qui sévit en Afrique occidentale. Elle est endémique au Bénin, en Guinée, au Libéria, en Sierra Leone et dans des parties du Nigéria.

Le Burkina n’a pas encore enregistré de cas de fièvre Lassa, mais au regard du flux migratoire entre le Burkina et le Togo qui a enregistré deux cas de Fièvre hémorragique de Lassa, toutes les mesures préventives doivent être respectées par tous.

La prévention de la fièvre de Lassa passe par la promotion d’une bonne «hygiène communautaire» pour éviter que les rongeurs ne pénètrent dans les habitations.

Parmi les mesures efficaces, on citera la conservation des céréales et plus généralement des denrées alimentaires dans des contenants résistant aux rongeurs, l’élimination des ordures loin des habitations, le maintien de la propreté à l’intérieur de celles-ci et la présence de chats. Devant tout symptôme suspect ou en cas de doute il faut se rendre dans la formation sanitaire la plus proche pour une prise en charge.

Le début des manifestations cliniques est généralement progressif, avec de la fièvre, une faiblesse généralisée et un mauvais état général…

Des soins de soutien précoces, axés sur la réhydratation et le traitement symptomatique, améliorent les chances de survie. Le traitement antiviral à la ribavirine semble efficace s’il est administré au début de l’évolution clinique. Actuellement, aucun vaccin ne protège contre la fièvre de Lassa.

Direction de la communication du Ministère de la santé

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre