Soutenances à l’ISTIC: Deux collaborateurs de Burkina24 décrochent le titre de conseiller

237 0

Deux collaborateurs de Burkina24 sont sur la liste des soutenances de fin de formation de l’Institut des sciences et techniques de l’information et de la communication (ISTIC). La stratégie de communication gouvernementale autour de la Maladie à virus Ebola (MVE) et l’analyse de la communication de la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD) ont attiré respectivement l’attention de Mamady Zango et Boureima Lankoandé.

La Maladie à virus Ebola

La Maladie à virus Ebola a fait des milliers de victimes dans la sous-région Ouest-africaine, notamment en Guinée, au Libéria et en Sierra Léone. Dans ces pays, il y a toute une communication qui s’est faite autour du sujet afin de prévenir la maladie. Le Burkina Faso fait partie de ladite zone mais n’a enregistré aucun cas de virus Ebola.

C’est donc pour savoir « si c’était le résultat d’une communication efficace ou si c’était autre raison qui était derrière ce succès », que Mamady Zango, journaliste stagiaire à Burkina24, pour mieux cerner la question de la MVE a intitulé son thème, « analyse de la stratégie de communication du gouvernement pour la prévention et la riposte contre la Maladie à virus Ebola au Burkina Faso »

Le Dr Seydou Dramé n’a pas caché ce qu’il pensait du thème de l’impétrant. « Mon cher ami Mamady Zango, dit-il,  votre thème, moi je l’aime très bien ». Cela parce qu’il « n’aime pas trop les thèmes bateaux comme il y en a plein. Il faut que les étudiants fassent véritablement de la recherche », conseille Dr Dramé.

Dr Dramé, président du jury avec à sa droite le directeur de mémoire et le suffragant à sa gauche.
Dr Dramé, président du jury avec à sa droite le directeur de mémoire et le suffragant à sa gauche.

La conclusion tirée par Mamady Zango est la suivante : des efforts ont été fournis dans le domaine de la communication pour prévenir, informer et sensibiliser la population sur les précautions à prendre. « Mais, il s’est avéré que cette communication qui a été définie dans un plan, n’a pas été effective. Toutes les activités prévues n’ont pas été menées », déplore Mamady Zango.

Il déplore surtout que la campagne de communication ait été axée sur la télévision alors que « cette forme de communication ne permet pas une approche beaucoup plus participative ».

Analyse de la communication de la SCADD

Boureima Lankoandé, directeur de la Radio Burkina24, a quant à lui consacré son mémoire de fin d’études à « l’analyse de la communication de la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD) au Burkina Faso, 2011-2015 ».

La transversalité de la SCADD implique que toutes les populations soient prises en compte dans la stratégie de communication. Cela implique que « tout le monde doit connaître la présente politique pour pouvoir adhérer ».

Mamady Zango au cours de la soutenance.
Mamady Zango au cours de la soutenance.

Des recherches de l’impétrant, il ressort que l’aspect communication de la SCADD relevait du secrétariat technique national, chargé de coordonner toutes les activités entrant dans le cadre de la stratégie. En plus de cela, les parties prenantes mènent en leur sein des activités pour pouvoir accompagner la SCADD dans sa stratégie de communication.

Ce que confirme Baba Hama, président du jury. « Nous avons pu détecter un certain nombre de faiblesses dans la communication au niveau de la SCADD, qui ont certainement empêché une meilleure appropriation ou compréhension », dit-il.

Baba Hama, président du jury s'exprimant sur les résultats de l'analyse de la stratégie de la communication de la SCADD par Boureima Lankoandé.
Baba Hama, président du jury s’exprimant sur les résultats de l’analyse de la stratégie de la communication de la SCADD présentée par Boureima Lankoandé.

« A l’analyse, déclare Boureima Lankoandé, nous nous sommes rendus compte qu’il y a beaucoup de difficultés ». Elles sont liées à l’absence d’un chargé de communication, poste que gère le secrétaire exécutif et à la non réalisation de certaines activités inscrites au programme, une résultante du manque d’un service de communication.

Selon Baba Hama, dès l’instant que la SCADD doit impacter sur le vécu du peuple burkinabè, il est de bon ton que le peuple sache de quoi, il s’agit. Cela impose, dit-il, que la stratégie de communication choisit des canaux de communication qui permettront d’atteindre une cible qui aura préalablement été identifiée.

A l’issue des séances de soutenances, les deux impétrants ont obtenu le titre de Conseiller en sciences et techniques de l’information et de la communication sanctionnés par les notes de 17 sur 20 pour Mamady Zango et 16 sur 20 pour Boureima Lankoandé.

Oui KOETA                                                         

Burkina24

Oui Koeta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre