Burkina # Ouganda : forme des joueurs, absence de Mohamed Koffi… Duarte s’explique

705 0

La Fédération burkinabè de football (FBF) et l’encadrement technique des Étalons du Burkina ont animé une conférence de presse le jeudi 24 mars 2016 à Ouagadougou pour faire le point sur l’état de préparation de l’équipe nationale burkinabè. Celle-ci affronte le samedi 26 mars 2016 les Cranes de l’Ouganda en match aller des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) Gabon 2017. Le sélectionneur Paulo Duarte, en compagnie des joueurs Alain Traoré, Charles Kaboré et Bakary Saré, a fait savoir qu’il travaillait pour redonner au groupe son état d’esprit qui a fait ses succès récents.

Le sélectionneur des Étalons Paulo Duarte pense que la forme de ses joueurs est acceptable
Le sélectionneur des Étalons Paulo Duarte pense que la forme de ses joueurs est acceptable

L’Etat de forme des joueurs, les critères de sélection, la préparation du match face à l’Ouganda sont les points sur lesquels le nouveau sélectionneur des Étalons du Burkina Paulo Duarte a donné des explications face à la presse le jeudi 24 mars 2016.

Le sélectionneur a expliqué les critères qui ont guidé l’élaboration de sa liste de 25 joueurs pour affronter l’Ouganda le 26 mars 2016 au Stade du 4-Août de Ouagadougou.

Forme acceptable des joueurs

Pour ce qui concerne le match contre l’Ouganda entrant dans le cadre des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) Gabon 2017, Paulo Duarte a fait remarquer qu’il a dû faire des choix difficiles.

« Être entraîneur national en Afrique est différent d’être entraîneur national en Europe. En Europe si tu as des joueurs absents, tu peux trouver partout des joueurs qui jouent avec le même niveau. En Afrique, il n’y a pas cette possibilité sauf de grandes formations comme la Côte d’Ivoire, le Cameroun et l’Algérie », a  souligné Paulo Duarte. Cependant selon le Portugais, ce n’est pas le cas pour le Burkina Faso.

Il relève que ces joueurs burkinabè qui ne sont pas titulaires dans leurs clubs en Europe jouent au moins en équipe B. Ils ont donc le rythme même si au niveau psychologique, il n’y a pas de satisfaction à jouer avec les réserves.

Paulo Duarte estime que, même si des joueurs comme Alain Traoré, Bakary Koné, Steeve Yago, Jonathan Zongo, etc. ne sont pas titulaires au sein de leur formation, ils ont le rythme. « Si je dois écarter des joueurs parce qu’ils ne jouent pas, je suis obligé d’écarter sept grands joueurs », a-t-il lancé.

Alain Traoré et Charles Kaboré ont affiché leur détermination pour le match aller contre l'Ouganda
Alain Traoré et Charles Kaboré ont affiché leur détermination pour le match aller contre l’Ouganda

Concernant les joueurs locaux, il pense que l’intensité et la qualité ne sont pas les mêmes avec les joueurs expatriés pour disputer des matchs de haut niveau, car les joueurs qui évoluent en Europe ont plus de concurrence que ceux du championnat local.

« Appeler un joueur qui ne joue pas, ce n’est pas facile mais je suis obligé de penser avec la tête et non le cœur », affirme Duarte qui ajoute : « si je dois écarter toutes ces forces, soit je suis fou, soit je ne regarde pas tout ce qui se passe ici dans le championnat ».

Le cas Mohamed Koffi

« Mohamed Koffi est un grand joueur qui a apporté au Burkina mais qui va continuer », dit le sélectionneur de l’équipe burkinabè qui rappelle que c’est lui qui a adapté Mohamed Koffi en tant que latéral et ce dernier a joué pendant huit ans à ce poste avec lui et tous les autres coaches (Paul Put et Gernot Rohr).

« Aujourd’hui, Mohamed Koffi n’attaque pas comme avant.  C’est normal parce que c’est un défenseur central adapté qui a fait beaucoup de sacrifices pour le pays (…). Je sens que c’est le Koffi que je connais. On va le faire reposer un peu ». Paulo Duarte prévient que les joueurs n’auront désormais qu’une chance pour s’exprimer alors qu’avant, il leur donnait deux ou trois chances.

La préparation du match contre l’Ouganda

« J’ai ressenti un groupe qui veut donner, qui veut être meilleur », a expliqué Paulo Duarte après deux séances d’entraînement avec son groupe. Il a déploré le fait que les joueurs s’exposent beaucoup sur les réseaux sociaux en répondant aux attaques.

Pour lui, un joueur n’a pas besoin de se justifier sur les réseaux sur le fait qu’il joue ou pas en club. « Avant, on était une grande famille parce qu’on pardonnait aux autres », relève Duarte qui ne comprend pas pourquoi des joueurs s’en prennent à certains qui seraient arrivés en retard. Si c’est le cas, Paulo Duarte pense que c’est à lui de traiter le cas et non les joueurs entre eux.

Confiance du côté des joueurs

Pour Charles Kaboré, l’esprit de solidarité devrait permettre de s’imposer. « On a besoin de tout un chacun », a fait savoir le capitaine des Étalons qui salue la sélection des joueurs du championnat local en espérant que d’autres vont suivre.

Alain Traoré, qui ne joue pas en équipe première de Lorient, a fait savoir qu’il dispute les matchs à domicile avec l’équipe réserve. Ce qui lui permet d’avoir du rythme. « La meilleure réponse, ce sera sur le terrain », a répondu le milieu de terrain. Le néo-Étalons Bakary Saré pour sa part a confié qu’il est prêt mentalement pour affronter l’Ouganda et jouer avec les Étalons.

Boukari OUEDRAOGO

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *