Zourata Pamtaba aurait fêté ses 40 ans ce mercredi

562 5

Ce mercredi 30 mars 2016,  Zourata Pamtaba/Nana, aurait fêté ses 40 ans. Mais le destin a voulu qu’elle succombe deux semaines plus tôt en voulant donner la vie. C’était dans la nuit du 15 au 16 mars 2016 à la maternité du Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo (CHU-YO). L’épouse de l’acteur de cinéma Adama Pamtaba est tombée de la table d’accouchement.  

Dans une interview accordée à notre confère l’Observateur Paalga le dimanche 20 mars, Adama Pamtaba époux de Zourata Pamtaba/Nana est revenu sur le triste événement. Selon ses termes, la table d’accouchement sur laquelle sa femme était couchée « s’est cassée ». Cet accident a fait chuter la dame en plein travail.

Des investigationsLa suite, dame Zourata perdit la vie le mercredi 16 mars et l’enfant lui, est décédé le jeudi 17 mars à 12h parce que, explique Adama Pamtaba, « il n’y avait pas de kit de réanimation pour enfant ». Ce drame a drainé une vague de sympathie et de condamnation de la part des Burkinabè.

Les jours suivants, dans un communiqué, la direction de l’hôpital Yalgado Ouédraogo a présenté « ses condoléances les plus attristées à la famille éplorée » et rassuré les « parents de la regrettée, que des investigations seront menées très rapidement, en vue de situer toutes les responsabilités ».

Aussi, indiquait toujours le communiqué, « s’il est établi que le décès de la parturiente est lié à une quelconque faute professionnelle, ayez l’assurance que les sanctions les plus appropriées seront prises ». Le directeur de l’hôpital Yalgado Ouédraogo, Robert Sangaré que Burkina 24 a joint le mardi 29 mars, informe que « les enquêtes sont menées par l’inspection technique du ministère (de la santé, ndlr) ».

Adama Pamtaba a souhaité joyeux anniversaire à sa femme ce mercredi 30 mars 2016
Adama Pamtaba a souhaité joyeux anniversaire à sa femme ce mercredi 30 mars 2016

Ce dernier dit attendre les conclusions de l’enquête sur le décès de Zourata Pamtaba avant d’en dire plus. Pour l’heure, malgré le calme de Adama Pamtaba, certains Burkinabè ne décolèrent pas.

Ainsi, les femmes des corps habillés ont marché le mardi 29 mars en partant du rond-point des Nations unies au ministère en charge de la promotion de la femme.

A cet effet, elles ont remis des doléances à la ministre Laure Zongo qui s’articulaient autour de l’amélioration de la qualité des prestations dans les centres de santé.  

Mais bien avant cette marche, c’est le chef de file de l’opposition politique, Zéphirin Diabré qui, depuis les Etats-Unis s’est ému de la situation.

Ce n’est pas votre faute« Ce qui est advenu à la famille Pamtaba est inadmissible. Je pense que notre justice et notre administration ne doivent pas rester insensibles face à ce drame symptomatique de tout le malaise de notre hôpital national », a-t-il commenté.

« Par la faute de qui la pauvre dame est-elle décédée, elle et l’innocent bébé qui devrait naître ? », a interrogé Zéphirin Diabré.  Mais en attendant les conclusions des investigations, c’est avec calme et retenue, même si la douleur est vive, que Adama Pamtaba vit son deuil : « mon frère, ce n’est pas votre faute, vous avez fait tout ce que vous pouviez, mais Dieu a voulu qu’elle parte maintenant », avait-il lancé à un membre de l’équipe de réanimation quelques temps qui s’activait toujours, alors que son épouse avait poussé son dernier soupir.

Synthèse de Yannick SAWADOGO

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre