Prix de la lutte anti-corruption 2015 : Hervé d’Africk sur la première marche

889 0

Le journaliste Hervé d’Africk du Bimensuel d’information burkinabè « Courrier confidentiel » a été sacré lauréat du Prix de la lutte anticorruption (PLAC) de l’édition 2015. C’était au cours de la cérémonie de clôture de la 16ème Assemblée générale ordinaire du Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC), tenue le jeudi 31 mars 2016 à Ouagadougou.

Institué par le REN-LAC, le PLAC récompense chaque année les journalistes qui se sont illustrés dans la lutte contre la corruption.

 Pour l’édition 2015, Hervé d’Africk de « Courrier confidentiel » est celui qui a gravi la première marche, grâce à ses six articles abordant entre autres thèmes,  les marchés de gré à gré, l’affaire Guiro ou la surfacturation d’appareils au ministère de la Sécurité.

 Il obtient ainsi, en plus du trophée, une attestation et la somme de 1 000 000 de FCFA.

Le 2ème et le 3ème prix, quant à eux, sont revenus respectivement aux journalistes  Ladji Bama et Aïcha Traoré, tous  du bimensuel d’information « Le Reporter ». En plus d’une attestation, les deux lauréats ont reçu respectivement la somme de 700 000FCFA et 500 000FCFA.

Ladji Bama recevant son prix
Ladji Bama recevant son prix

Au total, a confié la présidente du jury, Fatouma Ouattara, la compétition a concerné 79 articles de la presse écrite.

Si dans la forme, les critères  retenus ont été « la clarté et la lisibilité, la cohérence c’est-à-dire la maîtrise de la langue d’expression et le style », dans le fond le jury a porté son attention sur « l’intérêt et la pertinence du sujet, la diversité et la pertinence des sources de l’information, le caractère complet du travail c’est-à-dire l’équilibre dans le traitement de l’information, l’effort de recherche des preuves et l’aboutissement de l’enquête », a confié Fatouma Ouattara.

A l’issue des travaux, a-t-elle ajouté, les membres du jury ont recommandé aux différentes rédactions « d’encourager et de soutenir toute initiative visant à dénoncer les cas de corruption et mal-gouvernance au Burkina Faso à travers le genre enquête ».

Par ailleurs, ils ont invité les journalistes « à faire preuve de plus de professionnalisme dans le traitement de l’information et de faire l’effort de donner la parole à toutes les personnes remises en cause». Au REN-LAC, poursuit la présidente du jury, il a été demandé « d’ouvrir la compétition aux langues nationales ».

Bilan 2015 satisfaisant.

Une vue de la nouvelle équipe dirigeante du REN-LAC
Une vue de la nouvelle équipe dirigeante du REN-LAC

Au cours de la cérémonie, qui a aussi marqué la clôture de la 16ème assemblée générale  de REN-LAC, les membres du réseau ont dressé le bilan de leurs activités de l’année 2015.

Le taux d’exécution des activités programmées ayant été de 83,6% et celui du budget de 82%, les délégués se sont dits satisfaits des réalisations au cours de ladite année, a laissé entendre le rapporteur de l’assemblée générale, Lingani Salfo.

Toutefois, pour ses réalisations en 2016, le REN-LAC aura besoin de la  somme de 309 846 264 FCFA, a-t-il ajouté.

Reconduit pour un mandat de trois ans avec une nouvelle équipe, forte de huit (8) secrétaires généraux et de deux (2) commissaires au compte, le secrétaire exécutif du réseau, Claude Wetta, a confié que le REN-LAC demeurera actif sur le terrain de la lutte contre la corruption au Burkina Faso.

« Comme au Brésil avec les fortes mobilisations des populations, nous saurons rallier tout le peuple pour que tous ceux qui sont des auteurs de crimes économiques répondent de leurs actes », a-t-il dit.

Mamady Zango (Stagiaire)

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *