Affrontements intercommunautaires: Charles Konan Banny accuse les dozo

Charles Konan Banny, ancien gouverneur de la BCEAO et ancien Premier Ministre ivoirien, dans un communiqué datant du jeudi 31 mars 2016, s’est prononcé sur les récents affrontements entre agriculteurs et éleveurs dans le nord-est de la Côte d’Ivoire.   Ces affrontements inter-communautaires ont coûté la vie à une trentaine de personnes, selon un dernier bilan. 

Charles Konan Banny a observé dans son communiqué que cette crise dont « on minimise la gravité en l’assimilant aux litiges récurrents entre agriculteurs autochtones et éleveurs itinérants, est d’une ampleur jamais observée dans notre pays ». 

Selon C. Konan Banny, cette « nouvelle flambée de violence appelle une réaction ferme et impartiale de l’Etat qui doit faire respecter l’autorité républicaine sur toute l’étendue du territoire national » et que les autorités ivoiriennes devraient « procéder sans délai au désarmement et au cantonnement des forces traditionnelles qui s’immiscent ostensiblement dans le règlement des questions qui devraient relever exclusivement de l’administration publique », a-t-il ajouté.

« Des imbrications complexes mêlent à un conflit d’espace une lutte d’influence dont les supplétifs, appelés Dozos (chasseurs traditionnels), profitent pour semer la mort et la désolation », a-t-il accusé.

Des Lobi, un peuple essentiellement agricole et les peul, des éleveurs nomades (sous tutelle des Koulangos), se sont affrontés dans la localité, où 23 décès ont été enregistrés, ravivant des tensions.

Pour rappel, les autochtones lobi (agriculteurs), reprochant aux peul de laisser leur bétail détruire leurs plantations, ont, en guise de protestation, brûlé des campements peul. C’est à partir de ce moment que les événements se sont précipités pendant plusieurs jours avec des violences conduisant à des pertes en vies humaines, de nombreux blessés et dégâts matériels dans les deux camps.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU-Burkina24

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page