Jean-Martin Coulibaly, ministre de l’éducation nationale : « Beaucoup de choses restent à faire»

176 0

Le Ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation a débuté ce 1er avril 2016 un Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) extraordinaire. L’objectif est d’adopter le plan d’actions du département pour l’année 2016.

Ce CASEM est hors délai. Le chef de file des partenaires techniques et financiers (PTF), Jean-Bernard Dubois, l’a souligné à la cérémonie d’ouverture ce vendredi, en présence du Ministre Jean-Martin Coulibaly et des responsables des différentes structures du département.

Mais le ministre Coulibaly s’est défendu. « Cela est consécutif, non seulement aux contraintes liées à la fin du processus de transition dans notre pays, mais aussi et surtout aux changements institutionnels induits par la nouvelle configuration du ministère », explique-t-il.

Qu’à cela ne tienne, le ministre a encouragé ses collaborateurs à se concentrer pour adopter le plan d’actions 2016. La session de ce lundi permettra, dit-il, de faire le bilan des actions de l’année écoulée, apprécier les résultats atteints et en tirer des leçons pour les programmations à venir.

Ecoles sous paillote

Les responsables du MENA sont appelés à relever les défis du ministère  © Burkina24
Les responsables du MENA sont appelés à relever les défis du ministère © Burkina24

Si de nombreux objectifs ont été atteints (Jean-Martin Coulibaly a félicité pour cela les acteurs du département et surtout le corps enseignant), les défis demeurent nombreux. Jean-Bernard Dubois s’accorde avec le ministre Coulibaly pour indexer la question des salles d’emprunt dans le post-primaire, celle des nombreuses écoles encore sous paillote et la problématique de la mobilisation et de la gestion rationnelle des ressources financières, matérielles et humaines.

« Cette situation nous interpelle tous et toutes et montre que beaucoup de choses restent à faire pour répondre avec efficacité et efficience aux besoins éducatifs, de plus en plus croissants et pressants de nos populations », commente Jean-Martin Coulibaly.

Diagnostic sans complaisance des actions menées et élaboration méticuleuse de celles à venir, tel est le travail que le chef du département a demandé à ses collaborateurs. Quant aux PTF, par la voix de leur chef, ils ont assuré leur disponibilité et leur solidarité avec le MENA.

Abdou ZOURE

Burkina24

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre